The Tournament

Je suis bien incapable de donner une explication. Je sais seulement que nous sommes des quantités de réfractaires, partout, et à toutes les époques. Des emmerdeurs, en somme. Ou bien des bêtes, oui, comme le saumon qui se crève à remonter la rivière pour aller pondre en eau pure. On est faits comme ça, c'est tout. Et il n'y aucune raison de nous classer chez les dingues parce qu'on est faits pour nager à contre-courant. Il ne s'agit pas tellement d'illumination ou de message. Au fond, on n'a presque rien à dire. Dès qu'on se met à 'vouloir ' dire quelque chose, c'est qu'on se laisse emporter par le courant. Alors on devient feignasse, on fait la bonne glisse sur les mots, ça n'a plus aucune importance. Je me fais comprendre ?
Jean Meckert - Comme un écho errant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 août

Contenu

DVD - Thriller

The Tournament

Assassinat - Urbain MAJ mercredi 12 janvier 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Public averti

Prix: 0 €

Scott Mann
The Tournament - 2007
Pamiers : Wild Side, janvier 2011
couleur ;

Trente salopards sur un timbre-poste

Le scénario tient sur un timbre-poste : trente tueurs arrivent en ville pour s'entre-tuer, le vainqueur emportera dix millions de dollars. Oui mais, un prêtre porté sur la bibine est confondu avec un concurrent du Tournoi de la mort (comme on a rebaptisé le film au Québec) et le vainqueur de l'édition précédente revient car il est persuadé que l'assassin de sa femme est l'un des trente...
Vous l'avez compris, on vous parle ici d'action. Ça n'arrête pas. Fusillades, bagarres, cascades, tout y passe, l'hémoglobine vous saute à la figure à chaque instant. Tout est très bien filmé avec des scènes vraiment impressionnantes (c'est limite gore parfois). Les acteurs sont plutôt bons, en particulier Kelly Hu, Robert Carlyle (c'est lui l'homme d'église) et le Français Sébastien Foucan (dont on écoutera avec plaisir l'interview en bonus, où il revendique autant l'héritage de Bruce Lee que de Jackie Chan ou Jean-Paul Belmondo). Évidemment, le thème général a un goût de déjà-vu (Mean guns d'Albert Pyun par exemple) mais c'est juste de l'action avec ce qu'il faut de noirceur. Pas un film prise de tête, juste un défouloir spectaculaire et invraisemblable. Dans le genre, c'est très bien fait.



The Tournament : 91 mn. avec Ving Rhames, Robert Carlyle, Kelly Hu, Sébastien Foucan...
Bonus. Entretien avec Sébastien Foucan (26 mn), Les coulisses du film (15 mn), bandes annonces.
Interdit aux moins de 12 ans

Citation

Vous ne regardez pas la télé ? Le monde entier est fou !

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mercredi 12 janvier 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page