Le Baiser du tueur

Peut-être a-t-il vraiment tué Tanveer. Les gens, parfois, font de drôles de choses.
Carlos Zanón - Soudain trop tard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 22 août

Contenu

Roman - Policier

Le Baiser du tueur

Arnaque - Vengeance MAJ mardi 01 février 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

William Lashner
A killer's kiss - 2007
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nordine Haddad
Paris : Folio, novembre 2010
420 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-043708-5
Coll. "Policier", 602

Au royaume des aveugles, l'amour est roi.

Victor Carl est un avocat jouissant d'une certaine renommée. Quand deux flics viennent sonner à sa porte, ce n'est pas pour tailler une bavette autour du code civil. La tête du mari de son premier amour a eu la mauvaise idée de faire la rencontre d'une balle de revolver. Les flics ayant eu vent que la néo veuve avait repris contact avec lui depuis quelques semaines, Victor se retrouve en tête de liste des suspects. Surtout que dès le départ des deux représentants de l'ordre, Julia, la dite veuve, sort de la douche. Pour Victor, c'est le début des emmerdes. Sa dulcinée est-elle coupable ? L'a-t-elle utilisé pour obtenir un alibi ? Parce que l'amour rend aveugle et qu'il veut donner une nouvelle chance à cette relation, il va enquêter de son côté, mettant des bâtons dans les roues des flics. Quand tous les éléments tendent à faire de lui le coupable idéal, il lui devient évident que quelqu'un cherche à le piéger. Mais qui ?
Le Baiser du tueur est le septième roman de William Lashner mettant en scène l'avocat Victor Carl. Bien que l'auteur n'aborde pas un thème original - amour, argent et vengeance étant les éléments clés de l'histoire -, le roman puise sa force dans la narration et le style utilisés. William Lashner manie le cynisme et l'humour noir à la perfection, certaines scènes se révélant être des petits joyaux, notamment au niveau des dialogues. Il nous livre des personnages hauts en couleur, et le couple Victor/Julia est exceptionnel dans le registre du "je t'aime, moi non plus". Ce roman est une petite douceur, un peu comme le chocolat qui accompagne le café. Celui qui laisse cette saveur particulière. Celle qui donne envie d'y revenir.

Citation

Vous voulez savoir quel est le goût du mensonge ? C'est très doux. Comme du miel. Chargé d'électricité. Avec un arrière-goût d'amnésie.

Rédacteur: Fabien Hérisson samedi 29 janvier 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page