Personne bouge

Erik ralentit à peine en arrivant près de la masse compacte des rennes affolés, il fallait briser le cercle à tout prix, éparpiller les bêtes, il s'accrocha tant les remous étaient violents, dans une écume blanchâtre qui se confondait avec la bave moussante qui coulait de la gueule des rennes.
Olivier Truc - Le Détroit du Loup
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 août

Contenu

Roman - Policier

Personne bouge

Arnaque - Vengeance MAJ mardi 22 février 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Public averti

Prix: 0 €

Deis Johnson
Nobody Move - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Brice Mathieussent
Paris : 10-18, janvier 2011
204 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-05179-0
Coll. "Domaine policier", 4409

Deux cents pages à l'heure

Qu'est-ce qui peut bien pousser Jimmy Luntz, truand à la petite semaine, à tirer une balle dans la cuisse de Gambol, un bon gros truand à l'ancienne ? L'instinct de survie ? Peut-être, mais alors pourquoi ne l'achève-t-il pas ? C'est ce qu'on ne peut s'empêcher de se demander tant l'acte semble être un suicide à plus ou moins brève échéance. Quand Luntz rencontre Anita, jeune femme portée sur la boisson et arnaquée par son mari dans une histoire de détournement de fonds, on se dit que les deux font la paire et semblent parfaitement assortis pour s'attirer les problèmes. Ils trouvent d'ailleurs refuge chez d'anciennes connaissances à lui qui ne lui veulent pas que du bien. De son côté, Suarez qui n'est autre que le chef de Gambol, semble bien décidé à ne pas laisser la provocation impunie.

Personne bouge se situe entre le road movie au casting de losers et le policier "tous pourris" qui fait la part belle aux petites frappes. Des mecs qui n'hésitent pas à tirer, à fanfaronner, à voler des bagnoles de luxe et à faire les mauvais choix - à faire systématiquement les mauvais choix devrait-on ajouter. C'est même ce qui fait le charme de ce livre très court. On est loin de la morale, et le style percutant des dialogues, le rythme de la narration et les personnages particulièrement réussis (Mary l'infirmière qui a fait l'Irak, Anita la jeune femme portée sur la boisson, la gâchette et les karaokés, Gambol qui ne rêve que de morphine et des jambes de son infirmière...) donne à la lecture de ses deux cents pages une sensation de vitesse et de violence qui se reçoivent comme une bonne gifle appliquée du revers de la main. On en ressort un peu groggy, un peu décoiffé, mais on tendrait bien l'autre joue.

Citation

Tu parles, Charles. Regarder deux mecs bouffer tes couilles, c'est pas exactement gagner. Si tu veux mon avis, ça ressemble comme à deux gouttes d'eau à perdre.

Rédacteur: Gilles Marchand mardi 01 février 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page