Paris la nuit

Alors, pourquoi ne pourrais-je pas utiliser quelques petites heures de mon temps à rechercher quelqu'un de bon ? La bonté est-elle plus difficile à débusquer que le mal ?
A.J. Kazinski - Le Dernier homme bon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 03 juin

Contenu

Roman - Noir

Paris la nuit

Braquage/Cambriolage - Drogue MAJ mercredi 11 mai 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Jérémie Guez
Paris : La Tengo, février 2011
108 p. ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35461-009-8

Actualités

  • 09/03 Édition: Parutions de la semaine - 9 mars
  • 11/02 Édition: Parutions de la semaine - 11 février
  • 08/02 Librairie: Quand Jérémie Guez voit Paris la nuit...
    les éditions La Tengo publient ! Leur catalogue vient en effet de s'enrichir d'un nouveau titre, noir à tous les points de vue - Paris la nuit, donc, signé Jérémie Guez. Premier volet d'une trilogie, c'est aussi le premier roman tout court de son auteur.
    Cela se fête : une soirée de lancement est organisée le vendredi 11 février à partir de 19 heures à la librairie parisienne Le Monte-en-l'air*. Une soirée plus-que-littéraire selon toute apparence, dont voici le programme tel que communiqué par l'éditeur :
    "Jérémie Guez, DJ Riksss, Brantôme, Schumacher le rigoureux, Paris, la nuit, une vue sur l'Église romane Notre-dame-de-la croix, du vin, des bières, de la drogue en papier..."
    Quand fêter un livre emmène au-delà des livres...
    Et ne négligez pas d'aller visiter le site de La Tengo...

    * Librairie-galerie Le  Monte-en-l'air
    71, rue de Ménilmontant - 2, rue de la Mare
    75020 Paris. Tél. : 01.40.33.04.54
    Liens : Jérémie Guez

Voyage au bout de la nuit de la petite truanderie

Abraham est un petit dealer qui vit au jour le jour, vivant encore chez son père veuf. Son meilleur ami est Goran, avec qui il fait les quatre cents coups et survit entre la banlieue où ils résident et Paris où se trouvent leurs clients. Mais à force de vivoter, on a des envies de "grandeurs" et un soir, alors qu'ils boivent un coup dans un bar, ils découvrent que l'arrière-salle sert de salle de jeux clandestins pour gros joueurs pas forcément honnêtes. Ils décident de braquer la recette. Mais on ne défie pas la truanderie sans risque...
Il y a plus d'un demi-siècle, André Héléna avait écrit des volumes qui s'inscrivait dans une série dont le titre général était "Les Compagnons de la poisse". Cette série décrivait l'univers des demi-sels, des petits truands qui essayaient de vivre et de se faire une place au soleil. Mais ces petits artisans du capitalisme sauvage, venus du sud de la France, devaient lutter entre leurs passions amoureuses, les destins contraires, des caïds qui tenaient le haut du pavé et des policiers peu sympathiques.
Aujourd'hui, la valetaille du crime vient plutôt des banlieues et des lumpenprolétaires de la descendance des travailleurs immigrés (ici représentés par un père avachi devant sa télé et fatigué de tout). Les rêves n'ont pas beaucoup changé : se faire de l'argent facile afin de s'offrir un ailleurs meilleur. Mais les rêves sont plombés par les mêmes problèmes : la facilité du crime entraine une certaine nonchalance et une plongée dans les plaisirs artificiels. Les rêves restent des illusions : faire un casse pour lancer son commerce de drogue c'est rester dans le monde capitaliste qui fait que l'ascenseur social sera long et frustrant. Les rêves d'Abraham sont des petits rêves qui se trouvent vite noyés dans le quotidien.
Les descriptions de la ville la nuit, des petits milieux interlopes, de la montée d'un petit commerce en s'appuyant sur des revendeurs est décrite avec efficacité. L'amitié entre les deux truands, la descente dans les "enfers", sont évoqués en quelques pages sur un récit à la première personne qui a su trouver la bonne distance pour raconter son histoire poisseuse dans la longue tradition du polar tragique goodisien ou de la veine française des petits gangsters englués dans le quotidien.


On en parle : L'Indic n°8

Nominations :
Prix du polar lycéen d'Aubusson 2013

Citation

La plus grande somme d'argent n'ayant jamais transitée entre mes mains, je l'ai gagnée en pointant une arme sur quelqu'un.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 01 février 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page