Adieu Gloria

Justement, remarqua Thorne d'un air sceptique, je m'attendais à ce que cette liste soit plus... Fournie. Si on avait enlevé mon fils sans motif apparent, je noterais le nom de tous ceux qui ne feraient que me regarder de travers.
Mark Billingham - Tant de secrets enfouis
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

Roman - Noir

Adieu Gloria

Mafia - Corruption MAJ jeudi 03 mars 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Megan Abbott
Queepin - 2007
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard
Paris : Le Masque, février 2011
258 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7024-3457-4

Actualités

  • 11/05 Édition: Parutions de la semaine - 11 mai
    Tout pareillement que la semaine dernière, les nouveautés qui nous sont promises foisonnent de surprises. Il y a tout d'abord ces rééditions des romans de Ross McDonald par les éditions Gallmeister, qui s'accompagnent d'une nouvelle et intégrale traduction signée Jacques Mailhos. Il y a ensuite, et là nul besoin d'une nouvelle traduction, Omnibus qui nous replonge dans le monde de ce gentleman cambrioleur qu'est Arsène Lupin. Les amateurs du héros de Maurice Leblanc pourront également se délecter de sa dernière aventure pour la première fois publiée en livre chez Balland. Voilà pour les vieilleries avec ou sans naphtaline. Pour les nouveautés très contemporaines, nous vous conseillons (modérément ) le nouveau Megan Abbott. L'auteur d'Adieu Gloria, qui sort dans le même temps en poche, s'éloigne du roman noir qui a fait sa force. Son éditeur ne s'y trompe pas. Elle change ainsi de maison (Le Masque pour Jean-Claude Lattès). Il y a ensuite les auteurs que l'on attend : Arnaldur Indridason, Michael Connelly, le duo Preston & Child, Keigo Higashino & James Carlos Blake. Il y a enfin ceux qui poursuivent des sagas historiques : Nicolas Bouchard & Michèle Barrière. Et, comme d'habitude, tous ceux que vous allez peut-être découvrir en cette liste :

    Grand format :
    La Fin de l'innocence, de Megan Abbott (Jean-Claude Lattès)
    La Muraille de lave, d'Arnaldur Indridason (Métailié, "Noir")
    Red grass river, de James Carlos Blake (Rivages, "Thriller")
    La Sibylle et le marquis, de Nicolas Bouchard (Belfond)
    Ghost recon, de Tom Clancy (City, "Thriller")
    Bleu comme la peur, de Ann Cleaves (Belfond, "Noir")
    Volte-face, de Michael Connelly (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Maudite soit-elle, de Vincent Desombre (Scrineo)
    Sur le fil du rasoir, de Oliver Harris (Le Seuil, "Policiers")
    Burma club, de Daniel Hervouët (Le Rocher, "Thriller")
    Un café maison, de Keigo Higashino (Actes sud, "Actes noirs")
    Meurtre sur invitation, de Christian Jacq (J.)
    Paris mutuels, de Jean-Marie Laclavetine (La Branche, "Vendredi 13")
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin. 1, de Maurice Leblanc (Omnibus)
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin. 2, de Maurice Leblanc (Omnibus)
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin. 3, de Maurice Leblanc (Omnibus)
    Le Dernier amour d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (Balland)
    Femme de neige, de Leena Lehtolainen (Gaïa)
    Le Mystère de Roccapendente, de Marco Malvadi (Christian Bourgois, "Littérature étrangère")
    Serenitas, de Philippe Nicholson (Carnets Nord, "Roman noir")
    Les Sortilèges de la cité perdue, de Douglas Preston & Lincoln Child (L'Archipel)
    Vengeance à froid, de Douglas Preston & Lincoln Child (L'Archipel)
    L'Art du crime ; Scandale du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "Grand format")
    Le Bon hiver, de João Tordo

    Poche :
    Adieu Gloria, de Megan Abbott (LGF, "Policier")
    Le Syndrome picard, de Daniel Auna (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Meurtre au café de l'Arbre sec, de Michèle Barrière (LGF, "Policier")
    Le Clandestin de Ré la Blanche, de Robert Béné (De Borée, "Policier")
    Le Dernier bac pour Ré la Blanche, de Robert Béné (De Borée, "Policier")
    Dans la peau, de James Carlos Blake (Rivages, "Noir")
    Le Traité des supplices, de Nicolas Bouchard (10-18, "Grands détectives")
    La Blonde en béton, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Darling Lilly, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Les Neufs dragons, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Enquête champenoise, de Patrick Drouot (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    La Gigue du pendu, de Ann Featherstone (10-18, "Grands détectives")
    L'Arche d'alliance, de Sarah Frydman "LGF, "Policier")
    La Princesse des glaces, de Camilla Läckberg (Babel, "Noir")
    Les Enquêtes de Brunetti, de Donna Leon (Points, "Policiers")
    Rapt à la flamande, de Jean-Christophe Maquet (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Maelström, de Stéphane Marchand (J'ai lu, "Thriller")
    Cible mouvante, de Ross McDonald (Gallmeister, "Totem")
    Noyade en eau douce, de Ross McDonald (Gallmeister, "Totem")
    Fièvre mutante, de Douglas Preston & Lincoln Child (J'ai lu, "Policier")
    Morvan mauvais, de Laurent Rivière (Sirius Paris, "Régiopolice")
    Dans ses yeux, de Eduardo Sacheri (10-18, "Littérature étrangère")
    Mélanges de sangs, de Roger Smith (LGF, "Policier")
    Coq en toc, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué, "Les Aventures de Saint-Tin et son ami Lou")
    Liens : Meurtre au café de l'Arbre Sec |Dans la peau |Red Grass River |La Sibylle et le marquis |Le Traité des supplices |Les Neuf dragons |Maudite soit-elle |Maelström |Cible mouvante |Noyade en eau douce |Le Clandestin de Ré la Blanche |Les Sortilèges de la cité perdue |Megan Abbott |Arnaldur Indridason |Michèle Barrière |Nicolas Bouchard |Ann Cleeves |Michael Connelly |Daniel Hervouët |Keigo Higashino |Camilla Läckberg |Maurice Leblanc |Donna Leon |Jean-Christophe Macquet |Stéphane Marchand |Ross Macdonald |Lincoln Child |Laurent Rivière |Gordon Zola |Robert Béné

  • 17/03 Librairie: Megan Abbott signe à Paris
  • 25/02 Édition: Parutions de la semaine - 25 février

Miser sur le mauvais cheval

Avec un style très suranné qui n'est pas sans rappeler celui des vieilles dames du crime tendance Mildred David, Megan Abbott trompe bien son monde. On aurait tendance à l'imaginer racontant ses histoires dans un rocking-chair au coin d'un feu forcément anglais pendant que l'eau de la bouilloire d'une future tisane commence à crépiter. Au même moment on entend un long sifflement. Mais derrière sa frimousse et son air mutin, elle nous délivre, avec Adieu Gloria, un roman noir et psychologique efficace.
Gloria Denton est une femme splendide, qui a ses soixante ans bien tassés mais qui peut en paraître quarante pour peu qu'elle ne se mette pas sous les rayons sans concession du soleil. Dans le monde machiste de la pègre, elle a su faire son chemin, recueillant respect, inspirant crainte. Gloria Denton récolte les mises des paris dans les casinos et les hippodromes, elle les redistribue aux grands patrons non sans influer au préalable sur le hasard de ces jeux qui n'en sont pas. Mais Gloria Denton un jour s'entiche d'une jeune Américaine, qu'elle surnomme sa pouliche, et qui est destinée à prendre sa succession. Elle lui apprend le B-A-BA du métier, les petites et les grosses ficelles. Tout se déroule comme prévu jusqu'à l'arrivée de Vic, un pauvre joueur invétéré, arnaqueur à la petite semaine, dont la pouliche tombe amoureuse. C'est à ce moment que la belle mécanique huilée va se casser. Et le roman de décrire cette lente descente : le jeu et l'amour qui prennent le dessus sur la raison, les petites magouilles, la grosse qui s'accompagne de coups pour mieux bluffer un adversaire qui ne rigole pas, et puis la mort, dans toute sa violence et dans ce qu'elle a de plus pitoyable. Gloria, princesse déchue, acquière une victoire mais à quel prix et pour combien de temps ?
Megan Abbott campe plutôt des caractères derrière des personnages dans un roman qui se lit d'une courte traite de façon très plaisante. On peut lui reprocher un côté archétypal figé. Associé au fait que lorsque l'on dit "jeu de hasard" on pense invariablement Le Joueur, court roman de Dostoïevski, qui raconte plus finement et décortiquée l'angoissante descente aux enfers d'un homme qui ne s'en rend même pas compte, Adieu Gloria pourrait paraître bien fade, mais un final défaitiste et fatidique transfigure rétrospectivement une intrigue qui du coup prend du relief.


On en parle : Alibi n°2 |L'Indic n°9 |La Tête en noir n°150

Citation

Elle avait toujours ses gants quand elle faisait ça, non pas pour cacher ses mains usées, elle ne se cachait pas devant moi, mais parce qu'elle savait où les tickets de pari avaient trainé, dans de sordides magasins de bonbons, dans les kiosques à journaux de prêteurs sur gages, dans des arrières-cuisines, des bowlings, dans ces mêmes entrepôts décatis où les combats étaient organisés.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 01 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page