Après les hommes

- Mettez-moi avec Chuck sur l'affaire. - D'accord, mais je ne veux pas enterrer de héros. Juste coffrer l'homme qui a tiré sur Rowlins.
Anthony Mann & Alfred L. Werker - Il marchait la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 mars

Contenu

Roman - Thriller

Après les hommes

Anticipation - Médical MAJ mardi 01 mars 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Mathias Bernardi
Paris : Jean-Claude Lattès, février 2011
408 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7096-3580-6

Des ingrédients intéressants pour une sauce qui prend mal...

Décidément, le fantastique et la SF se portent de mieux en mieux... Du moins hors des collections dites spécialisées ! Et ce second roman se base sur de la prospective on ne peut plus réaliste : dans un futur proche, un produit miracle permet de prolonger la vie et la jeunesse... Mais son prix le réserve à l'élite. Résultat, une révolte généralisée et aveugle de la plèbe plonge le monde dans le chaos, et des terroristes éliminent les industriels pharmaceutiques jugés responsables de la situation. Face à la désormais possible extinction de l'espèce humaine, un vaste projet vise à assurer sa préservation...
Des éléments intéressants donc, que l'actualité récente rend plus pertinents encore... mais le résultat final est inférieur à la somme de ses ingrédients. La faute à une intrigue qui, après un début accrocheur, part un peu dans tous les sens, si bien qu'il est difficile de s'attacher à un ou plusieurs personnages-clés tant le tout laisse une impression de décousu. Dans ce contexte, un vague côté romantique semble là uniquement parce qu'il en faut obligatoirement un... De plus, le style tellement lisse qu'il en devient plat ne laisse aucun moment fort auquel se raccrocher jusqu'à une fin consensuelle en diable. Rien de vraiment déshonorant néanmoins, juste du thriller politico-prospectif aux chromes un peu rouillés.

Citation

À de très rares exceptions, un homme de devoir ne s'habitue jamais totalement à tuer. Quand il doit s'y résoudre, il lui faut alors se dominer, être capable de laisser sa peur à distance pour pouvoir assumer la responsabilité dont il a la charge.

Rédacteur: Thomas Bauduret dimanche 27 février 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page