Boulette

Ah, Joseph, dans ta vieillesse, tu dois te douter que tu as gagné un genre d'immortalité [...] Tu t'inscriras dans l'Histoire comme le montagnard du Kremlin, l'assassin et le tueur de paysans…
Robert Littell - Requiem pour une révolution
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Nouvelle - Noir

Boulette

MAJ jeudi 10 mars 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Public averti

Prix: 4 €

Max Obione
Serres-Morlaàs : In8, février 2011
30 p. ; 17 x 10 cm
ISBN 978-2-916159-98-0
Coll. "La Porte à côté", 58

Max Obione a fait une boulette

Une grosse boulette. Mais c'est tout Max, ça : quand il ne jette pas des pavés dans les mares, il fait de grosses boulettes... Enfin... La boulette en question c'est Boulette, la grosse d'à côté, toute jupe rabattue. Elle pense que Bastien la mate. Bastien, c'est le débile de service. En fait, c'est pas lui qui la mate au petit coin : c'est un homme en cavale. Balai d'hélicos, Sangatte fermé, les exogènes détalent où ils peuvent... Un réfugié sans refuge en somme, errant par la force de nos habitudes. Boulette s'en émeut. Son père, un bonhomme à fauteuil roulettes, médocs et Stella pour contourner ses journées, ne voit pas la chose d'un aussi bon œil. Boulette voudrait qu'il clamse, mais malgré le cocktail médoc-alcool, le vieux regimbe... Du coup, avec le réfugié dans la maison, ça devient gênant. Alors Boulette décide de couper les vivres à son vieux : elle ferme le robinet de sa bonbonne d'oxygène. La dondon, le boudin, le thon, voici qu'elle peut filer ses plus invraisemblables rêves, en empoignades torrides avec son amant kurde. Peggy enfin cochonne, délivrée de toutes les humiliations de la vie, offrant à Max Obione l'occasion d'écrire les pages les plus olympiennes sur les corps potelés à peau blanche et marbrée. Mais l'hélico tourne là-haut, en chasse, obligeant notre kurde à décamper jusqu'à Calais. Boulette projette de l'accompagner à Londres. Justement, un tonton pas regardant qui donne dans le trafic de réfugiés se propose de l'aider. Enfin... Il lui extorque son fric plutôt. C'est qu'on n'est pas dans un conte de fée là, et Max de nous précipiter dans l'horreur des histoires d'aujourd'hui.

Citation

Tu vas crever. La grosse, elle t'emmerde !

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 07 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page