Signé : Allison Murietta

La fille Capdevielle me précéda dans le salon. Juste à côté, une télé en sourdine diffusait les informations locales. C'est une habitude que j'ai souvent remarqué, dans les maisons frappées par un deuil, de laisser un appareil allumé en permanence. Cette présence dérisoire meublait une partie du silence.
Philippe Lescarret - Blanc sec et série noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Signé : Allison Murietta

Braquage/Cambriolage MAJ mardi 22 mars 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

T. Jefferson Parker
L. A. Outlaws - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Étienne Ménanteau
Paris : Calmann-Lévy, mars 2011
356 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4171-7
Coll. "Robert Pépin présente"

Comme dans un western moderne

Depuis Œdipe roi, le polar a de nombreux rapports avec la tragédie. Et ce roman est, lui aussi, placé sous le signe de la tragédie. Le jour, Suzanne Jones est une gentille mère de famille par ailleurs professeur d'histoire. Mais la nuit, elle est Allison Murrieta, une justicière braqueuse qui attaque des fast foods et vole des voitures, reprenant le flambeau d'un de ses ancêtres qui dévalisait des banques et volait des chevaux dans la Californie du XIXe. Ancêtre qui une fois arrêté a été décapité pour être présenté au peuple. Hood, le shérif-adjoint, en observant la façon dont cette "disciple" opère et redistribue ce qu'elle prend se doute qu'elle va tomber un jour sur un os. Puis en regardant plus attentivement le modus operandi de la belle bandit masquée, il voit des similitudes avec Suzanne, une jeune femme témoin d'un massacre récemment perpétré dans une guerre des gangs. Sa rencontre avec Suzanne/Allison lui permet dans le même temps de revenir sur son passé en Irak et sur une sombre affaire qui a laissé un goût amer dans sa bouche.
T. Jefferson Parker a réussi un très bon roman avec Little Saigon qui évoquait la minorité asiatique sur la côte Est, en lien avec l'histoire récente - et le même goût amer des anciens combattants de guerres perdues. Avec Signé : Allison Murietta, il se lance dans une histoire plus ancienne et se concentre sur la minorité latino-américaine. Le reste de son œuvre est agréable à lire, construite avec soin, présentant des personnages intéressants que l'on a envie de suivre. Ici, il jongle de manière habile entre la double enquête policière : les meurtres dans un entrepôt, la recherche d'un tueur à gages, la protection d'un témoin et l'arrestation de la braqueuse d'une part et l'itinéraire de ce même témoin qui ne veut pas être protégée car cela réduit sa capacité de voler d'autre part !
Le soin qu'il apporte à son personnage central de femme et son rapport à l'histoire, son côté "Robin des bois", et le souci d'alterner des scènes fortes en suspense et des pauses sur les rapports entre les personnages font de ce roman, sans doute, l'un des plus intéressants de sa production, d'autant plus qu'il évite le pathos avec un ton léger et ensoleillé.

Citation

Je suis heureuse et satisfaite, et me dis qu'il faut en profiter car ça ne dure jamais longtemps.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 21 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page