Purge

Je suis un ami de Sarah Connor. On m'a dit qu'elle était ici. Je peux la voir ?
Leonardo Oyola - Chamamé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Livre sonore - Noir

Purge

Historique - Mafia MAJ dimanche 22 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Sofi Oksanen
Puhdistus - 2008
Marianne Épin (lecteur)
Frédéric Meaux (lecteur)
Traduit du français par Sébastien Cagnoli
Paris : Audiolib, janvier 2011

ISBN 978-2-35641-266-9
Extrait audio :


Du viol des femmes

Il y a ce long prologue tout d'abord, l'histoire d'une mouche qui obsède Aliide. Et sa découverte d'un ballot aux senteurs de viande. La mouche, le ballot. L'un et l'autre cois. Et le calme tout autour. Un monde humide, serein, silencieux. Mais dans le ballot un être humain de chair et de sang. Une jeune fille. Zara. Muette. Qu'il faut apprivoiser.
Zara a fui Vladivostok peu après la chute de l'URSS. Elle a peur. Elle fuit son souteneur. Terrorisée. Aussi Aliide avance-t-elle prudemment vers elle. Toute revêtue d'un dégoût taciturne, Zara apprend peu à peu Aliide. Qui peu à peu elle-même la découvre et n'aime pas ce qu'elle découvre, qui vient là régurgiter comme son propre passé, son histoire à elle, qu'elle croyait enfouie, cette violence faite aux femmes, brutalité inouïe redévoilant les corps dévastés, livrés à la prostitution dans un trafic sordide de femmes dans ces ex-pays de l'Est. Berlin pour l'une, pour l'autre, la fin de la Guerre de 39-45, les Russes aux bottes impeccables, violeurs implacables.
Et l'une et l'autre doivent à présent faire face à cette histoire de la violence des hommes qu'elles portent inscrite dans leurs corps. Une angoisse si grande, si forte encore. Dans ces corps où s'est écrite la férocité et d'où ressurgit l'angoisse des dénonciations, des arrestations, des courses poursuites effarées dans les rues de villes complices. Les viols. Le monde sordide des truands ordinaires.
Beaucoup plus d'intermèdes musicaux dans ce livre lu que dans les précédents, comme si le texte risquait encore de nous livrer à l'angoisse qui le porte. Insoutenable. Deux voix, l'une masculine pour interpréter celle d'un paysan estonien, l'autre féminine, jeune, au timbre presque enjoué, cette manière de ne pas baisser le ton, jamais, pour dire l'horreur, comme pour soutenir par la voix ce que le regard ne peut affronter.
Une grande réussite d'Audiolib, là encore.

Ndr - 2 CD - MP3, durée d'écoute : 10 h 08. Suivi d'un entretien avec son éditrice, Marie-Pierre Gracedieu, et son traducteur, Sébastien Cagnoli.

Citation

Mais je ne suis plus un homme, je suis un mort.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 28 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page