Retour à Auschwitz

Avons-nous donc déjà vécu ou bien sommes-nous morts dans ce lieu si étroit qu'il ne peut faire de place à l'amour ?
Mons Kallentoft - Hiver
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

Retour à Auschwitz

Historique - Vengeance MAJ jeudi 23 février 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Daniel Gauthier
Nantes : Amalthée, octobre 2010
324 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-310-00528-9

Chronique

Paris, l'hôtel Lutetia de sinistre mémoire. Grandpa veut voyager en Europe. Il n'a pas laissé le choix à son petit-fils d'accepter ou de refuser sa proposition. Mais au fond, le garçon n'est pas contre, qui voulait découvrir ce grand-père ailleurs qu'à Peoria, ce bled perdu de l'Illinois où leur famille a trouvé refuge. Paris, la brasserie Lipp après le Lutetia. Grosse cylindrée. Ils partent pour Berlin, Varsovie. Grandpa veut l'emmener à Auschwitz... Pourquoi faire ? Il a vu Holocauste à la télévision, ça lui suffit bien... Retour à Berlin, Paris et Saint-Julien enfin, tout près d'Oradour-sur-Glane, où grandpa a vécu sa jeunesse. Le garçon découvre peu à peu le vrai visage de son grand-père. Les masques tombent, sur les amours de jeunesse de grandpa, son engagement dans la résistance, le maquis, les nazis, la collaboration, la Shoah, encore, dont le petit-fils se demande ce qu'elle vient faire encore et encore dans cette remontée d'un passé qu'il ne reconnaît tout d'abord pas comme le sien. Mais force lui est de découvrir que c'est bien le passé de son grand-père, juif, résistant, dénoncé par quelque ordurier collabo qui, aujourd'hui encore, semble avoir survécu aux vicissitudes de l'histoire et ne paraît pas se réjouir de cette apparition dans sa vie de mensonge. Grandpa était donc juif, résistant, communiste... Même s'il roule en Mercedes aujourd'hui et distribue les dollars à qui mieux mieux... Le maquis. Oradour. Les collabos courent toujours. En embuscade soudain. À refaire leur guerre, l'achever voudraient-ils, en tentant d'assassiner ces témoins dangereux, le grand-père et son petit-fils. L'heure des règlements de compte est donc venue. Prétexte à convoquer les pages peu glorieuses de l'Histoire de France, au cœur d'un polar écrit non sans efficacité. Mais curieusement orné sur sa couverture par cette image que tout le monde s'accorde à prendre pour l'entrée d'Auschwitz, et qui en réalité est prise de l'intérieur du camp et nous montre au loin non l'entrée, mais la sortie du camp...

Citation

À ton âge, on plaît sans effort. Au mien, il reste les dollars.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 31 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page