Tijuana Straits

Dieu que les humains sont compliqués.
Alain Corneau - Crime d'amour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Thriller

Tijuana Straits

Économique - Politique - Écologique MAJ mercredi 13 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 21 €

Chemical murders

Sam Fahey est un ancien surfeur. De ceux qui ont osé affronter le Mystic Peak la plus grosse vague qui balaie les côtes de la Californie, dans les passes de la Tijuana. Mais voilà Fahey est aussi un ancien taulard, un ancien fils de moins que rien, un ancien pas mal de trucs pas spécialement positifs qui n'hésite pas à prendre deux-trois pilules illégales accompagnées d'un pack de bière pour trouver le sommeil et un peu de sérénité. Sa vie, il la gagne en élevant des vers dans le jardin de l'ancienne ferme familiale et en acceptant des petits boulots quand l'occasion s'en fait sentir. C'est ce qui se passe le jour où il est à l'embouchure de la Tijuana, à deux pas de la frontière, pour flinguer quelques chiens errants qui menacent les nids de volatiles protégés. Ce jour-là, il sauve des oiseaux en voie de disparition et une jeune femme sortie miraculeusement de l'eau, à bout de force, le visage tuméfié. Celle qu'il prend pour une clandestine est en fait une jeune mexicaine qui n'a de cesse de monter des dossiers contre les grands magnats de l'industrie qui construisent des usines qui polluent même après leur désaffection. Elle est pourchassée, laissée pour morte et de nouveau pourchassée. Évidemment, Fahey va tout faire pour la protéger, évidemment elle va en tomber amoureuse, évidemment, ceux qui sont à sa poursuite n'ont que faire de sentiments amoureux.

Kem Nunn décrit un monde noir, pollué, une sorte de no man's land entre le Mexique et les États-Unis, sans espoir, où le tout blanc n'existe pas vraiment, où le tout noir trouve ses racines dans des usines qui tuent les femmes et les enfants et détruisent les maris et les pères, prêts à tirer sur tout ce qui bouge pour exprimer leur douleur. Il sait exploiter les rapports douloureux entre les pays industrialisés et les pays pauvres qui doivent accepter, se taire, se laisser mourir et qui voient leurs population prendre des risques inconsidérés pour passer une frontière vers un monde apparemment meilleur. Un roman dont le rythme s'accélère à mesure que l'on s'enfonce, qui emporte le lecteur comme le Mystic Peak : on se prend des tonnes d'eaux polluées sur le crâne, on va toucher le fond, mais il y a toujours cette lumière, un peu plus haut, qui nous dit que l'on peut s'en sortir. Et l'on s'en sort, un peu essoufflé, mais on s'en sort.


On en parle : L'Indic n°9

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2011
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2011
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2012

Citation

Jusque-là, Armando avait cru que si Chico se servait de la machette au lieu du revolver, c'était pour affirmer une virilité triomphante, mais son appel lui fit comprendre que cet imbécile avait tout simplement perdu son arme dans l'eau, et il le traita de connard et de bouffon.

Rédacteur: Gilles Marchand jeudi 31 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page