Le Sang des pierres

Arrivée à Knokke-le-Zoutte, Mémé Cornemuse se fit arrêter par un barrage de flics. — Police ! fit un moustachu à l'air pas commode. — Bien fait pour ta gueule, t'avais qu'à bosser à l'école, répliqua la vieille.
Nadine Monfils - Mémé goes to Hollywood
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Le Sang des pierres

Énigme - Vengeance - Assassinat MAJ jeudi 07 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Johan Theorin
Blodläge - 2010
Traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Paris : Albin Michel, mars 2011
426 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-226-22060-8
Coll. "Thrillers"

Un trompe-l'œil scandinave

Vous êtes vous déjà installé au volant d'une voiture, une grosse berline, avec cette sensation que même à cent cinquante kilomètres par heure vous vous trainez sur la route ? Lire Le Sang des pierres c'est l'effet inverse. On circule à bord d'une petite citadine, à quatre-vingt kilomètres par heure, ça vibre, on tressaute, avec l'impression de rouler à fond la caisse. Johann Théorin nous offre un roman en trompe-l'œil, et joue avec nos perceptions en brisant ce qui fait la caractéristique du polar nordique, la lenteur. Pourtant, on est loin du "pageturner" et des rythmes trépidants de certains romans. En privilégiant des chapitres courts, et en alternant subtilement narration du passé et du présent pour chacun des protagonistes, l'auteur réussit à nous procurer un sentiment d'accoutumance. Un besoin de tourner les pages et de connaitre la suite du récit.
À quatre-vingt-cinq ans, Gerloff vit dans une maison de retraite. Persuadé qu'il sera le prochain à quitter l'établissement entre quatre planches, il décide de regagner sa maison sur l'île d'Öland pour y finir ses jours. Vendela Larsson et son mari Max viennent prendre possession de leur villa sur l'île. Lui pour y commencer la rédaction d'un livre de recettes, elle pour retrouver la lande de sa jeunesse. Peter Mörner a deux enfants, Jesper et Nilla, des jumeaux. Nilla gravement malade est hospitalisée au moment où il décide de s'installer lui aussi sur l'île, dans une vieille maison dont il a hérité. Alors que Gerloff va se plonger dans les carnets intimes de sa défunte femme, que Vendela va replonger dans les souvenirs de son enfance, Peter va devoir prendre en charge son père, Jerry, ancien personnage sulfureux de la pornographie suédoise. Dans un lieu bercé par la mythologie, entre elfes et trolls, passé et présent de chacun vont se télescoper pour donner un éclairage et une vision bien différents de ce que laissent supposer les apparences.
Johan Théorin distille avec parcimonie les ingrédients nécessaires pour capter l'attention du lecteur. Un polar construit sur les bases d'une rapide lenteur, une sorte de "Lièvre et la Tortue" littéraire. Si rien ne sert de courir, l'auteur réussit à faire partir son roman à point.

Citation

Nous autres humains avons peur de tant de choses et considérons souvent la nature comme hostile. Un serpent dans l'herbe nous donne des sueurs froides, nous effraie, nous fait penser au serpent du jardin d'Éden, croire que nous sommes tentés, que notre monde est menacé, et ainsi de suite.

Rédacteur: Fabien Hérisson dimanche 03 avril 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page