Anthracite

Mais on savait que l'appartement dévasté de Lilah n'allait pas nous protéger du chaos pour toujours. Aucun homme n'échappe à son destin.
Esi Edugyan - 3 minutes 33 secondes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Roman - Aventure

Anthracite

Western MAJ dimanche 21 décembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10,5 €

Valerio Evangelisti
Antracite - 2001
Traduit de l'italien par Jacques Barberi
Paris : Rivages, janvier 2008
462 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1755-4
Coll. "Noir", 671

In Nganga we trust

La guerre de Sécession terminée, les patrons des mines et des Chemins de fer américains de Pennsylvanie (en majorité des Anglais et leurs affidés gallois) achèvent dans les faits la victoire du Nord et organisent le capitalisme américain pour les siècles à venir. Face à eux, les associations d'ouvriers, les mystérieux Molly Maguires (Irlandais) leur rappellent que des hommes et des femmes se cachent sous la suie du charbon qui recouvre jusqu'aux collines avoisinantes. Au milieu Panthéra, tueur à gage mexicain, détenteur de pouvoirs surnaturels adepte du vaudou, passe d'un camp à l'autre avec la déconcertante facilité que lui confère son Nganga et tombe sur un adversaire de son k-libre jusqu'au duel final.
Fruit d'un mariage contraint mais réussi entre Sam Peckinpah et Charles Dickens, Anthracite, par la plume militante de Valerio Evangélisti, nous fait passer avec beaucoup de pertinence d'un monde à l'autre, de la réalité à la fiction, et utilise finement le passé pour éclairer le présent : "Ils étaient diablement doués pour affubler leurs abus de pouvoir de nobles motivations, même lorsque leur véritable but ne recelait qu'une infime parcelle de morale." Anthracite devrait cartonner dans toutes les bonnes librairies de Bagdad…


On en parle : La Vache qui lit n°100 |L'Ours polar n°45-46

Citation

Les phases historiques, c'est le barillet de mon revolver qui en décide.

Rédacteur: Olivier Nouvel mardi 15 juillet 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page