La Commedia des ratés - Première partie

Malgré la fumée qui lui irritait les poumons, Banks eut soudain une énorme envie de fumer.
Peter Robinson - Ne jouez pas avec le feu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 avril

Contenu

Bande dessinée - Noir

La Commedia des ratés - Première partie

Religieux - Arnaque MAJ mercredi 13 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,7 €

Olivier Berlion (scénario & dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Tonino Benacquista
Paris : Dargaud, février 2011
74 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 25 cm
ISBN 978-2-205-06355-4

Vignes mystérieuses

Alors qu'il sort du repas familial et obligatoire, Antonio Polisinelli tombe sur Dario, un copain d'enfance perdu de vue depuis des lustres. Mais il n'y a pas de hasard dans cette rencontre inopinée : Dario attendait Antonio pour lui faire écrire une lettre, car il ne se sent pas assez intelligent pour la rédiger lui-même, et il attend qu'elle soit rédigée sur le champ ! Curieuse proposition, surtout après tout ce temps, mais devant l'insistance de Dario, Antonio accepte. Le contenu de ce qu'il doit coucher sur le papier est lui aussi assez étrange et confus, et tout ce qu'Antonio retient, c'est que le destinataire est une femme, Raphaëlle, et que Dario devait lui rembourser une forte somme d'argent. Les deux hommes se quittent sitôt la rédaction de la lettre... et c'est la dernière fois qu'ils se voient. Peu de temps après, Antonio apprend que Dario a été tué d'une balle en pleine tête... et que par testament, il a fait de son copain d'enfance l'héritier de quatre hectares de vignes en Italie. Antonio va retourner au pays pour tenter d'y voir plus clair.

Après sa version du roman d'Elmore Leonard, Le Kid de l'Oklahoma, pour la collection Rivages/Casterman/noir, Berlion reste dans l'adaptation littéraire avec La Commedia des ratés, la dernière des trois "Série noire" de Tonino Benacquista, récompensée en 1991 d'un Trophée 813, du Prix Mystère de la Critique et du Grand Prix de littérature policière. Le dessinateur s'attaque donc à un monument du polar.... Côté texte, on retrouve les mots de Benacquista, le plus souvent tels que dans le roman, et surtout, l'univers de l'écrivain, qui a fait toute confiance à son adaptateur pour traduire en images cette Italie chère à son cœur. Et Berlion restitue parfaitement, avec des couleurs chaleureuses et lourdes à la fois, l'atmosphère d'une région où les femmes sont solaires... et où le soleil tape sur les oliviers comme sur le système. Cet album dit également bien la douleur de l'exil et les scènes avec le père du héros sont très parlantes, un père pour lequel les scènes du passé sont évoquées en ton pastel, sépia, comme une douceur oubliée. Cette première partie est donc une vraie réussite, on pourra juste regretter que l'album ait été coupé en deux, mais c'était certainement le prix à payer pour une histoire qui au final frôlera les cent cinquante planches...

Citation

Maïs, pissenlit, menthe... C'est comme si je lui avais parlé de cyanure. Aucune italienne au monde ne mélangerait une horreur pareille.

Rédacteur: Frédéric Prilleux lundi 11 avril 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page