Il ne faut pas mourir deux fois

- Vous allez penser que c'est une drôle de question : est-ce qu'il y a beaucoup de cas d'inceste ? - Quelques-uns. C'est pour ça qu'il y a un nom pour désigner ça.
Dashiell Hammett - L'Introuvable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 27 septembre

Contenu

Roman - Noir

Il ne faut pas mourir deux fois

Hard boiled - Faits divers MAJ jeudi 21 avril 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Francisco González Ledesma
No hay que morir dos veces - 2005
Traduit de l'espagnol par Christophe Josse
Nantes : L'Atalante, novembre 2010
348 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-84172-524-3
Coll. "Insomniaques et ferroviaires"

Actualités

  • 27/06 Prix littéraire: Sélection 2011 du GPLP
    Les neuf membres* du jury du Grand Prix de la Littérature Policière viennent de délimiter la sélection 2011. Avec Alexandra Schwartzbrod, précédente lauréate française pour Adieu Jérusalem, comme chef d'orchestre ils ont ainsi choisi :

    Romans français :
    - La Rigole du diable, de Sylvie Granotier (Albin Michel, "Spécial suspense")
    - Le Jeu du pendu, d'Aline Kiner (Liana Levi, "Policier")
    - Trois jours à tuer, de Louis Lahner (Au diable vauvert)
    - Les Visages écrasés, de Marin Ledun (Le Seuil, "Romans noirs")
    - Alex, de Pierre Lemaître (Albin Michel, "Thriller")
    - L'Enfant aux cailloux, de Sophie Loubière (Fleuve noir, "Thriller")
    - Les Harmoniques, de Marcus Malte (Gallimard, "Série noire")
    - L'Honorable société, de Dominique Manotti & D.O.A. (Gallimard, "Série noire")
    - Les Yeux des morts, d'Elsa Marpeau (Gallimard, "Série noire")
    - Conte d'exploitation, de Dominique Sigaud-Rouff (Actes sud, "Actes noirs")
    - Le Mur, le Kabyle et le Marin, d'Antonin Varenne (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes")

    Romans étrangers :
    - Le Signal, de Ron Carlson (Gallmeister)
    - Il ne faut pas mourir deux fois, de Francisco Gonzales Ledesma (L'Atalante, "Insomniaques et ferroviaires")
    - Cold in Hand, de John Harvey (Rivages, "Thriller")
    - Redemption Factory, de Sam Millar (Fayard, "Noir")
    - Le Léopard, de Jo Nesbø (Gallimard, "Série noire")
    - Brasiers, de Derek Nikitas (Télémaque, "Entailles")
    - Tijuana Straits, de Kem Nunn (Sonatine)
    - Le Poète de Gaza, de Yishai Sarid (Actes sud, "Actes noirs")
    - Les Leçons du mal, de Thomas H. Cook (Le Seuil, "Policiers")
    - Avant d'aller dormir, de J. S. Watson (Sonatine)
    - Savages, de Don Winslow (Le Masque, "Grands formats")

    La délibération se fera le mercredi 21 septembre. À noter que la rédaction de k-libre a lu la grande majorité des livres sélectionnés, et peut ainsi vous affirmer que les choix du Grand Prix de la Littérature Policière sont de bonne facture. L'on constate un équilibre intéressant entre roman policier, noir et thriller sûrement dû aux goûts différents et assumés des membres du jury.

    * Le jury 2011 est constitué de Dominique Choquet, Christine Ferniot, Pierre Lebedel, Alexandra Schwartzbrod, Philip Le Roy, Gérard Meudal, Georges Riében, Jean-Jacques Schléret & Alain Régnault.
    Liens : Le Jeu du pendu |Les Visages écrasés |Alex |L'Enfant aux cailloux |Les Harmoniques |Les Yeux des morts |Conte d'exploitation |Le Mur, le Kabyle et le Marin |Le Signal |Cold in Hand |Le Léopard |Tijuana Straits |Le Poète de Gaza |Savages |Adieu Jérusalem |Alexandra Schwartzbrod |Philip Le Roy |Sylvie Granotier |Aline Kiner |Marin Ledun |Pierre Lemaitre |Sophie Loubière |Marcus Malte |Dominique Manotti | D.O.A. |Elsa Marpeau |Antonin Varenne |Ron Carlson |Michael Harvey |Jo Nesbø |Kem Nunn |Thomas H. Cook |Don Winslow

Fellini revu par Almodovar

Il ne faut pas se fier au surtitre "Une enquête de l'inspecteur Méndez" de la quatrième de couverture et s'attendre à un polar à l'ancienne : il y a autant de différence entre, disons, un Wexford et un Méndez qu'entre une tasse de thé dans un pub Londonien et un shot de tequila arrosé d'une pinte dans une calle de Barcelone. L'un et l'autre peuvent se savourer, mais pas de la même façon ni au même moment... Retour de Méndez donc, le vieux chien méprisé de tous, flic au bord de la retraite, au bord de tout, mais qui refuse néanmoins d'abandonner son os tant qu'il ne l'aura pas rongé jusqu'au bout...

Francisco González Ledesma commence fort avec une série de faits chocs apparemment sans rapports : un pacte de suicidés qui fait qu'une femme tue son mari au moment même de leur mariage, l'horreur d'une maison où l'on prostitue une jeune trisomique, l'itinéraire d'un tueur à gages de fortune qui porte la taule en lui, sur lui comme une seconde peau... Tout ce petit monde digne d'un film de Fellini revu par Almodovar semble s'agiter au ralenti, suivant son itinéraire du zéro à l'infini jusqu'à un final assez extraordinaire dans lequel, bien sûr, toute les pièces s'emboîtent — et dans lequel l'auteur démontre que lui aussi peut faire dans le grand spectacle s'il le veut.
S'il décrit l'horreur au quotidien, la patine des choses et le long cheminement inéluctable qui mène à un moment de violence absurde, Francisco González Ledesma le fait de façon factuelle, réservant ses plus belles pages à des descriptions empreintes d'une sorte de lyrisme doux-amer, le tout se clôturant en beauté par un dernier chapitre fuligineux qui donne une touche profondément humaniste à l'ensemble. Mais Francisco González Ledesma semble mépriser les gros effets de cymbale, préférant une petite musique qui devient de plus en plus entêtante au fur et à mesure du roman.

Loin de l'intrigue complexe, des personnages fouillés, c'est cette impression lancinante qui reste en mémoire, celle d'avoir parcouru le même chemin que les personnages (fussent-ils peu reluisants) sous l'égide d'un démiurge diabolique. C'est ce qui fait de Francisco González Ledesma un auteur décidément hors norme, aidé par une traduction qu'on imagine impeccable. Le tout avec la qualité de fabrication habituelle des livres de L'Atalante qui en fait un ouvrage qu'on a plaisir à mettre en avant dans sa bibliothèque. Ce qui n'est pas négligeable non plus…


On en parle : La Tête en noir n°148

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2011

Citation

Méndez était un chien des rues, or ces bêtes-là désobéissent.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 24 novembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page