Savages

Sagement assises sur le canapé en velours bleu marine, les belles avaient croisé leurs interminables jambes, dans l'attente. La plus glaciale des deux avait croisé les bras aussi. C'est ainsi qu'elle mourut, le front percé d'une flèche.
Guillaume Gonzales - La Bataille des forts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Roman - Noir

Savages

Vengeance - Drogue MAJ jeudi 22 décembre 2011

Trio destructeur

Ben et Chon cultivent et revendent de l'hydro, un cannabis qui pousse hors-sol, pendant que O. arpente les magasins et couche avec l'un ou l'autre si ce n'est pas avec l'un et l'autre. Chon est aussi un mercenaire qui de temps en temps s'éclipse de par le monde. Et comme justement il n'est pas comme tout le monde, c'est un mélange de férocité et d'humanisme. Preuve en est qu'il a ses propres organisations non gouvernementales pour essayer de sortir certains de la misère dans laquelle les a plongé notre société. Seulement voilà, leur business a attiré l'attention du Cartel de Baja, qui entend bien imposer ses règles et surtout se faire du fric sur leur dos. C'est pourquoi Chon reçoit sur sa boîte mail une vidéo où sept trafiquants qui se sont opposés au cartel sont décapités à la tronçonneuse. Les deux compères n'étant pas vraiment du genre à être impressionnés ni même conciliants, c'est O. qui est enlevée et que l'on menace de décapiter à la tronçonneuse s'ils n'obtempèrent pas. Avec Savages, Don Winslow confirme tout le bien que l'on pouvait déjà penser du romancier américain aux fulgurances littéraires étonnantes. Que l'on ne s'y trompe pas ! La raison de la réussite de ce roman tient surtout au fait qu'il sera à part dans sa bibliographie. Un roman de cette teneur et de cette forme ne peut pas être répété un peu à l'instar de Finnegan's Wake ou de Ulysse, de James Joyce, qui sont autant de petits joyaux jouissifs, qui auraient donné une œuvre indigeste si l'auteur irlandais les avait décliné à outrance.

Savages est une succession de courts voire très courts chapitres qui donnent à l'histoire un rythme endiablé. "Fuck you!", premier chapitre de deux mots donne le premier ton avant que Don Winslow nous présente son trio amoureux et insouciant qui va plonger dans une autre réalité que celle qu'il fuit déjà dans le cannabis. Ben, Chon et Ophelia sont indissociables, mais alors que dans Jules et Jim, c'est le personnage de Kathe qui influe sur les destinées des deux hommes, là c'est Chon, philanthrope psychopathe, ancien mercenaire, qui va durcir le ton de cette comédie avant qu'elle ne se transforme en un bain de sang sanglant (si, si ! J'assume la répétition). Car, bien sûr, les deux garçons idéalistes dans l'âme ne vont pas s'en laisser compter. Ils ont besoin d'argent pour localiser O. et la reprendre à ses ravisseurs, alors ils jouent un double-jeu délicat et destructeur avec le cartel. Ils font œuvre de parasitisme pour la bonne cause. Et dans un roman one shot qui va pourtant les multiplier, on atteint des sommets à la fois dans l'écriture et dans l'intrigue avec des personnages inoubliables...


On en parle : 813 n°110 |La Vache qui lit n°124 |La Tête en noir n°150 |La Tête en noir n°159

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2011
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2011
Meilleur polar étranger de la rédaction de Lire 2011
Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2012
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2012

Citation

Quand on laisse croire aux gens qu'on est faible, tôt ou tard, on se retrouve contraint de les tuer.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 01 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page