L'Enfant aux cailloux

Enfin, je te retrouve, ordure ! Voilà des jours que je te piste... Sans pouvoir changer de vêtements et sans un repas décent.
B-Gnet - Santiago
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 13 novembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Enfant aux cailloux

Social MAJ mardi 03 mai 2011

Maltraitance invisible

Elsa Préau est un nom prédestiné pour une institutrice malgré tout à la retraite qui a pour seule joie son petit-fils Bastien et les lettres appliquées qu'elle envoie à droite et à gauche. Mais voilà que chez ses voisins apparaît un enfant qu'elle semble être seule à voir, et qui porte des signes de maltraitance. Pourtant, personne ne veut la croire... Est-ce une simple divagation ou la vérité est-elle plus étonnante, plus cruelle encore ?
On le voit, il y avait là de quoi faire un de ces drames feutrés dont avait le secret Georges-Jean Arnaud lors de sa meilleure période... L'ennui, c'est que parfois, le mieux est l'ennemi du bien, et ce roman est tout simplement trop long, comme si on mêlait un bon suspense avec un personnage principal mi-attachant, mi-monstrueux - les amateurs d'animaux domestiques risquent de ne pas apprécier certains passages -, avec une fiction disséquant l'existence d'une personne du quotidien avec une évidente thématique sur l'enfance maltraitée. Les lettres censées être signées Elsa Préau, retranscrites dans le corps du texte, trouvent un ton juste et un style empesé tout en ouvrant une porte sur ceux qui n'ont rien d'autre à faire... mais détournent de l'intrigue principale ! C'est dommage, car lorsque le récit reprend le dessus, celui-ci s'avère très prenant, avec une conclusion aussi cruelle qu'efficace. L'ensemble donne un résultat qui, du coup, semble un peu bancal tout en restant attachant, qui aurait été excellent s'il avait eu la taille et la construction linéaire d'un "Spécial police" de la grande époque.


On en parle : La Tête en noir n°151

Récompenses :
Prix des lecteurs Ancres noires 2013

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman français 2011

Citation

Il se considérait seul fautif étant donné qu'il n'avait pas le courage d'assumer ça, qu'elle soit totalement cinglée, se refusant à la mettre sous tutelle parce qu'il lui semblait que, grosso modo, elle était autonome, mangeait bien, agissait de manière convenable, bref, qu'elle tenait la route, et qu'en dépit des traumatismes subis ces dernières années, elle avait plutôt bien réagi et semblait en voie de guérison, mais voilà que ça recommençait, elle voyait des nains partout.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 03 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page