Le Paradoxe du cerf-volant

Il est persuadé que des milliers de suicides ont incubé dans la soupe puissante de ces réseaux sociaux où les trolls galopent sans frein et les injures volent sans trêve. C'est ça le vrai pouvoir de l'esprit sur la matière.
Stephen King - Fin de ronde
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 juin

Contenu

Roman - Policier

Le Paradoxe du cerf-volant

Sportif - Géopolitique - Guerre MAJ mardi 10 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Le ring d'à-côté...

La boxe. Un job qui ne pardonne pas. Trop lent, trop lourd. Il s'en prend plein la gueule. Et sort du combat porté. La tête basse, seul dans la rue, hormis deux ombres qui le guettent. Pierre a vingt-sept ans, il est boxeur, il vient de perdre son match. Dans le rade où il bosse pour se faire un peu de blé, il songe à raccrocher. Son pote lui propose un boulot : faire le gros bras pour un certain Lazlo. Pierre accepte, rejoint un dénommé La Fouine, secoue un pauvre type que Lazlo rackette et se dégoûte en petite frappe. Il boit, tangue, se saoule au pastis, se souvient de son père, diplomate, et des cercueils familiaux. Puis il bascule dans un coma d'ivrogne. Trou noir. Deux flics l'alpaguent le lendemain : où était-il la veille ? Pierre se tait. Ils lui apprennent que Lazlo a été tué et qu'on a retrouvé ses empreintes à lui sur le canon de l'arme...

Secoué, Pierre se rappelle sa soirée, un alibi en or : ivre à l'heure du crime, il molestait une fliquette. On la retrouve. Elle confirme. Mais les flics ne sont guère convaincus. D'autant que son comparse, La Fouine, est retrouvé égorgé. Ça sent pas bon et Pierre ne comprend rien à cette histoire, sinon qu'il y a beaucoup de serbes et de croates qui viennent d'entrer dans la ronde et que son père était précisément en poste dans leur sale guerre du début des années 1990... Fort heureusement il y a la boxe, un combat en vue, dans un mois, à prendre ou à laisser : un petit jeune le vent en poupe, qui veut se faire une réputation en l'achevant sur le ring. Il n'aura qu'à tenir, encaisser et se coucher à la fin. Pierre accepte, mais il a une autre idée pour ce combat. Faire mieux que tenir. Il reprend l'entraînement. Court à travers les Buttes-Chaumont où il tombe sur sa fliquette d'alibi et sympathise aussitôt. À deux, ils vont non seulement courir, mais tenter de démêler les fils de cette histoire embrouillée qui n'arrête pas de le poursuivre, sous la forme d'ombres menaçantes qui entrent dans sa vie pour convoquer le souvenir de son père mort dans des circonstances mal élucidées.

Le passé remonte à la surface : la Bosnie, les Serbes, les Croates... Des exactions pas jolies, des deux côtés d'une frontière que l'Europe peinait à tracer. Boxe. Boxe. Pierre s'y colle, s'y retrouve, bataille, affronte son passé, celui de son père, de ses potes, boxe, tape dans le tas avec rage pour que la vérité en sorte, en un combat aussi singulier que celui qu'il va mener sur le ring, conduit d'une main de maître par Philippe Georget, jamais dans les cordes et confirmant, s'il en était besoin, tout le bien que l'on devra désormais penser de lui dans le monde du polar.

Nominations :
Grand prix du balai d'or 2011
Calibre 47 2012
Prix Polar Michel Lebrun 2011

Citation

Ma mère m'a tué lorsque j'avais dix ans.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 03 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page