Les Visages écrasés

Il allongea le cadavre avec des précautions dignes de celles d'un père, étirant à l'extrême chacun des membres, permettant à l'air de circuler librement autour du corps de la femme.
Helen Fields - La Perfection du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 novembre

Contenu

Roman - Noir

Les Visages écrasés

Social MAJ samedi 07 mai 2011

Souffrance au travail

Les premières pages des Visages écrasés, roman de Marin Ledun, froides, sèches, heurtées, pleines de colère (où l'on sent poindre celle de l'auteur) et de tension vous collent au fauteuil ("Je hurle en même temps sa souffrance, sa vie d'homme et le système qui y a mis fin"). Vous pensez pouvoir souffler ensuite, il n'en sera rien car l'auteur vous fait plonger avec le docteur Matthieu...

Retour sur l'intrigue... France, banlieue de Valence, le Rhône, une boîte de téléphonie mobile. Carole Matthieu est médecin du travail : "Écouter, ausculter, vacciner, notifier, faire remonter les statistiques anonymes auprès de la direction". Mais ses préoccupations actuelles ne sont pas les remontées statistiques, non, ce sont les vivants souffrants au travail : "Vincent Fournier lève sur moi un visage cadavérique. Traits tirés, poches noires sous les yeux et barbe de trois jours [...] J'écris : insomnies chroniques, traitement inefficace [...] Je reprends le stylo et je note : diarrhées, apathie, fatigue chronique, perte de poids – 16 kilos en deux mois [...] J'ajoute : idées suicidaires, récidive possible, forte probabilité de passage à l'acte, inaptitude au poste." Cela fait un an qu'elle le suit : "Trois arrêts maladie, trois échecs. À chaque retour, vous replongez. À chaque reprise, votre état empire. Vous souffrez de troubles gastriques et du sommeil depuis près de deux ans. Vous ne mangez plus, vous ne dormez plus, vous ne voyez plus personne." Malgré tout ce qu'il endure, Fournier veut rester au travail : "Ils ne m'auront pas"... mais comme pense le docteur Matthieu : "Ils t'ont déjà eu. Ils ne t'ont laissé aucune chance, ils ont miné le terrain, mais tu as quand même foncé tête baissée, et maintenant, ils t'ont eu." Pour elle, Fournier est un cadavre en sursis, victime du monde du travail d'aujourd'hui. Mais personne ne le reconnaît, personne ne s'en émeut, personne ne fait rien, il lui faut donc conjuguer deux choses : une mort honorable "Vincent a le droit de partir avec dignité" et une pression médiatique "Médias, revues de presse, scoop, interviews". Elle l'abat donc froidement (si on peut dire) un soir sur son lieu de travail.

Ce qui est fort dans ce roman, c'est la personnalité de cette femme, le docteur Matthieu, qui se dévoile progressivement - mélange habile de narration et comptes-rendus cliniques -, qui brouille vos repères, habitudes et préjugés. Le livre qui vous prend aux tripes - et visiblement Marin Ledun a mis toutes les siennes dedans - est tout en violence interne, votre colère remonte (mais comment ce système de production peut-il encore exister ?) et vous y repenserez bien après l'avoir refermé. Le dernier paragraphe est d'une rare beauté. Un conseil, lisez-le d'une traite, ce n'en sera que plus fort !


On en parle : La Tête en noir n°151 |La Tête en noir n°150 |Carnet de la Noir'Rôde n°46

Récompenses :
Trophée 813 du roman francophone 2011
Grand Prix du roman noir français du Cercle rouge 2012
Prix des lecteurs de Villeneuve lez Avignon 2012

Nominations :
Prix des Lecteurs Quais du Polar 2012
Prix Jean Amila-Meckert 2012
Grand prix de la littérature policière - roman français 2011
Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2012
Prix des lecteurs Ancres noires 2013
Prix Polar Michel Lebrun 2011

Citation

D'un côté les forfaits à 29,90 et les offres illimitées et, de l'autre, les conditions de travail qui permettent ces forfait à bas prix et leurs conséquences sur la santé des salariés...

Rédacteur: Christophe Dupuis vendredi 06 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page