Derrière le paravent

L'odeur nauséabonde et douceâtre de fromage pourri de la chair en décomposition semblait si distillée et concentrée qu'elle traversait effrontément la barrière de menthol sous mon nez.
Simon Beckett - Les Murmures des morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 février

Contenu

Roman - Noir

Derrière le paravent

Social MAJ mercredi 14 janvier 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Loriano Macchiavelli
Passato, presente e chissà - 1978
Traduit de l'italien par Laurent Lombard
Paris : Métailié, octobre 2008
234 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-667-1
Coll. "Noir - Suite italienne"
Sarti Antonio, 3

Ce qu'il faut savoir sur la série

Sarti Antonio, policier honnête et tenace mais pas très doué dans l’art d'enquêter, forme un couple avec Rosas, un éternel étudiant à l'esprit analytique digne des policiers classiques. Leur collaboration presque forcée fait souvent la lumière sur les aventures d’une humanité douloureuse.

Chronique

Sarti Antonio ne sera jamais appelé autrement. Ni Sarti, ni Antonio, ni même, n'y pensons pas, Tonio. Il est sergent et sergent restera. Puisque comme le dit le narrateur, qui n'hésite pas à intervenir et à boire autant de café que son personnage : "Le sergent Sarti Antonio n'est pas un policier ordinaire. C'est un pauvre type qui ne sait rien faire d'autre dans la vie que ce qu'il fait depuis des années. C'est un pauvre type qui a fini policier on ne sait pas très bien pourquoi ni comment. Sans doute pour la seule raison que c'est moi qui l'ai fait comme ça. Et ça, c'est la meilleure des raisons."
Parce que trois timbres très précieux ont été volés alors qu'il avait en charge la surveillance de l'exposition où ils se trouvaient, Sarti Antonio est placardisé dans le quartier malfamé du Pilastro. Le voilà qui arpente dans la voiture 28, conduite par Felice Cantoni, ce quartier de nuit. Il y rencontre Claudio, un jeune garçon pour lequel il se prend d'amitié.
Brutalement, l'enfant est retrouvé mort une balle dans la tête. Petit glandeur, certes, un peu magouilleur d'accord, Claudio, gamin gentil, n'était pas pour autant un grand bandit. On enterre vite l'affaire, sauf Sarti Antonio qui ne se résout pas à laisser cette enquête inachevée. Pour lui, le coupable se trouve forcément au Pilastro, quartier de "voleurs, de drogués, de pédés et de prostitués". Son acolyte improbable Rosas, philosophe éternel étudiant, l'aide à voir plus loin que le bout de son nez, c'est-à-dire derrière le paravent.

Une des grandes originalités du roman vient des interventions du narrateur qui donne son avis sur les agissements de son personnage, fait montre d'une gentille ironie à son égard. Avec deux tics de langage et trois répliques, Macchiavelli caractérise et ridiculise n'importe quel personnage. La légèreté et la rapidité de l'écriture donnent à ce texte, pas foncièrement amusant, une drôlerie douce-amère.

Citation

Dès qu'ils s'aperçoivent que quelque chose t'intéresse, ils font tout pour t'enlever l'illusion que cet intérêt qui s'était éveillé sert à te faire vivre un peu mieux. J'arrive pas à comprendre à qui ils en veulent : à moi ou au monde entier. Je trouve une raison quelconque, j'allonge la main et je la retire pleine de merde.

Rédacteur: Marie-Caroline Saussier mardi 30 décembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page