Comme ton ombre

Mon père dit que la Cité Verte, c'est un nom qui doit venir des moisissures qu'il y a sur les murs.
Hector Hugo - Aubagne la galère
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Comme ton ombre

Psychologique MAJ vendredi 27 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,8 €

Elizabeth Haynes
Into the Darkest Corner - 2011
Traduit de l'anglais par Sylvie Schneiter
Paris : Presses de la Cité, avril 2011
462 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-08888-7

L'angoisse du quotidien

Lorsque le suspense naît de l'arrivée d'un tueur en série en ville ou lorsqu'on a été témoin d'un crime et que les gangsters vous pourchassent, l'intrigue est d'autant plus facilitée. Elizabeth Haynes, spécialiste en analyse criminelle pour la police anglaise, veut faire trembler nos nerfs avec des éléments plus diffus, de peurs du quotidien.
Comme ton ombre, nous propose de suivre une jeune femme aux phobies impressionnantes qui est obligée de vérifier plusieurs fois que sa porte est fermée, que les couteaux sont à la même place, etc. Coup de chance pour elle, un nouveau voisin s'installe dans son immeuble et il est psychiatre. Il veut l'aider mais peut-être aussi la piéger...
Elizabeth Haynes éclaire de l'intérieur une jeune femme libre qui peu à peu se trouve coincée par un Don Juan machiavélique qui entend contrôler sa vie à cent pour cent et qui dans le même temps la transforme en femme battue.
Malgré les voiles de l'écriture de l'auteur, les deux approches montrent très vite l'endroit où elles vont se rejoindre car elle décrit avec soin, avec brio, comme du vécu que le lecteur partage, les affres et les angoisses d'une jeune femme, prise au piège d'un traqueur qui sait manipuler amis, connaissances, police et justice.
L'écriture et l'intrigue sont agencées de manière à ne laisser qu'un nombre infime d'échappatoires : peu de personnages, peu de lieux, des pulsions sexuelles fortes et qui annoncent les violences, comme si c'était là les deux facettes d'une même médaille. Elizabeth Haynes ne néglige aucune piste allant jusqu'à nous montrer que la victime est parfois complice de son bourreau, et que l'histoire se répète inlassablement.
Mais c'est surtout l'aspect psychologique, soutenu par quelques scènes fortes et quelques fausses pistes, avec cette tension à suivre une victime sombrant dans son malheur puis tentant de se reconstituer, qui fait tout le sel de ce premier roman.

Citation

Même si c'était bizarre et déplacé de se balader en jupe courte et sans sous-vêtement au mois de décembre, l'excitation suscitée par son apparition inattendue perdurait. Au point que je regrettais presque de ne pas avoir pris son sexe sous la table.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 12 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page