L'Écriture sur le mur

Instinctivement, Danielle leva les yeux sur elle et Gracie eut le sentiment que son aînée venait de la poignarder dans le dos.
C.J. Box - Au bout de la route, l'enfer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 24 septembre

Contenu

Roman - Policier

L'Écriture sur le mur

Disparition MAJ jeudi 19 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Gunnar Staalesen
Skriften på veggen - 1993
Traduit du norvégien par Alex Fouillet
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, février 2011
346 p. ; 24 x 13 cm
ISBN 978-2-84720-183-3

Le crime ne fait pas dans la dentelle

À un moment donné, la vie des adolescents peut nous échapper pour plonger violemment dans le sordide et l'horreur. C'est ce que Varg Veum va découvrir au fil des chapitres de ce roman de Gunnar Staalesen, auteur norvégien. Varg Veum est un ancien travailleur social de la Protection de l'Enfance devenu détective privé. Il semble s'être assagi, avoir mis au placard sa bouteille d'aquavit pour arrêter l'alcool, et entretient une relation calme avec une femme nommée Karin.

Le roman s'ouvre sur un fait divers plutôt cocasse qui fait bruisser de rumeurs toute la ville de Bergen. Un juge d'instance est retrouvé mort dans une chambre d'hôtel vêtu uniquement de dessous féminins. Les spéculations vont bon train : suicide ou crime ? Mais surtout de quelle couleur pouvait bien être cette lingerie fine et qui pouvait bien être avec lui ?
Gunnar Staalesen n'encombre pas son écriture de fioritures. Son style est simple mais bigrement efficace. Les chapitres sont courts. Les descriptions concises pour aller à l'essentiel. Les dialogues souvent mordants et incisifs. Tout est fait pour que le rythme reste rapide et prenant pour suivre toutes les pistes sur lesquelles Varg Veum va se lancer sans hésitation pour retrouver la trace d'une jeune fille, Torild, âgée de seize ans. Il se voit confier cette enquête par sa mère, récemment divorcée d'un journaliste connu. L'adolescente semble s'être volatilisée sans laisser beaucoup de traces. Peut-être ne s'agit-il que d'une simple fugue ? En tout cas, la mère a préféré s'adresser à un détective plutôt qu'à la police pour éviter un tapage médiatique qu'elle estime néfaste étant donné la profession du père.
Varg Veum va en premier interroger les quelques amies de cette jeune fille mais elles se montrent peu coopératives car à cet âge il est facile de ne pas être très loquace réfugié entre fausse timidité et choses à cacher.
Il va rapidement être confronté à une autre bizarrerie. Il reçoit, sous enveloppe anonyme, un avis de décès, son propre avis de décès annoncé pour la semaine suivante. Plaisanterie ou intimidation ? Du pas banal en tout cas qui ne le déstabilise guère et ne l'arrête en rien dans ses recherches car courage et obstination restent les mots d'ordre de Veum.

Même si le mois de février semble froid et blanc de neige à Bergen, la ville semble recouverte d'une noirceur pesante. Staalesen nous dresse un portrait de cette cité norvégienne où le mal vient se lover entre la prostitution et le vice, autant d'affres d'une société moderne se cachant derrière les façades d'un club pour jeunes tenu par un truand déjà croisé par Varg Veum ou d'un hôtel de standing. Tout est à l'image du titre L'Écriture sur le mur qui semble être la marque immonde au lipstick du péché originel avec pour première victime du châtiment divin une jeunesse broyée. Varg Veum démêle habilement toutes les pistes sans en laisser de côté et ne porte aucun jugement moralisateur sur toutes ses sombres découvertes. C'est bien construit avec une bonne intrigue qui rebondit souvent et amène à lire rapidement pour connaître enfin le dénouement pouvant laisser un goût d'amertume.

Citation

La prostitution, c'est avant tout une question de pouvoir. Tu as les moyens d'acheter ta suprématie sur une autre personne pendant quelques heures.

Rédacteur: Fabien Maurice mardi 17 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page