Moonlight Mile

Si les femmes violentes ne sont pas en prison, alors, où sont-elles ?
Coline Cardi & Geneviève Pruvost - Penser la violence des femmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 14 novembre

Contenu

Roman - Noir

Moonlight Mile

MAJ samedi 21 mai 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Dennis Lehane
Moonlight Mile - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Isabelle Maillet
Paris : Rivages, mai 2011
380 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2227-5
Coll. "Thriller"

Lorsque tout s'apaise

Dans un grand roman noir, il y a un objet mythique que policiers, détectives et truands essayent de récupérer - un faucon maltais parfois. Ici, une croix d'or emblématique d'un petit état slave de l'orbite russe. Évidemment, un chef mafieux particulièrement psychopathe tente, lui, de s'en emparer.

Dans un grand roman noir, cet objet n'est qu'un prétexte. Ici, aussi. L'idée de départ de Dennis Lehane est particulièrement forte. Visiblement, il veut arrêter avec Patrick Kenzie et Angela Gennaro les deux privés qui lui ont ouvert le chemin de la reconnaissance. Pour ce faire, il décide de les confronter à une enquête de leur passé. Dans Gone, baby, gone ils devaient retrouver une petite fille. Patrick avait réussi mais ça avait été rude car il savait qu'en récupérant la fille il la ramenait dans les bras d'une mère alcoolique et peu aimante.
Aujourd'hui la jeune fille est presque majeure et a disparu de nouveau ! Qui plus est, sans doute en s'emparant de la fameuse croix. Et l'enquête va replonger les détectives dans des dilemmes moraux : d'une part pourquoi retrouver quelqu'un qui s'est enfui pour de bonnes raisons, et d'autre part comment concilier cette vie avec leurs nouvelles responsabilités familiales ?
Dennis Lehane touche au sensible en présentant un détective vieillissant, assommé, maltraité, trahi y compris par celle qu'il recherche. Au début du roman, Patrick prend une arme ; à la fin, il la jette dans la rivière locale. Entretemps, il ne s'en sert pas. Toute violence sanglante est bannie hors cadre et les corps disparaissent au son d'une tronçonneuse lointaine. Derrière l'enquête, c'est tout l'univers du détective qui se resserre pour qu'il puisse trouver, donner et nommer le sens de sa vie.

Dans un grand roman noir, le lecteur achève sa lecture avec une larme, de l'émotion qui le prend à la gorge, et l'impression que, malgré les ténèbres, des rayons de soleil subsistent... comme cette lumière lointaine que regarde la jeune fille sur la couverture de l'ouvrage.

Citation

À l'intérieur, je voyais les clients déjeuner ou contempler le paysage d'un air morne sans se douter un seul instant de ce que la tronçonneuse s'apprêtait à découper à quelques centaines de mètres seulement.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 20 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page