Le Parrain de Katmandou

Tel un ange, Léo Liberati s'envola vers les cieux avant de retomber, entraînant l'humanité dans sa chute.
Damien Eleonori - La Mort n'existe pas
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Parrain de Katmandou

Mafia - Drogue - Assassinat MAJ lundi 23 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

John Burdett
The Godfather of Kathmandu - 2010
Traduit de l'anglais par Thierry Piélat
Paris : Presses de la Cité, avril 2011
450 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-08524-4
Coll. "Sang d'encre"

Dépaysement garanti...

Décidément, le polar permet bien des détours et des libertés. Les "Kay Scarpetta" de Patricia Cornwell finissaient par devenir une saga sur fond criminel, et le personnage-narrateur-héros récurrent Sonchaï Jitpleecheep, s'il mène l'enquête entre deux joints, flanqué d'un acolyte transsexuel, s'intéresse tout autant à son itinéraire karmique de bon bouddhiste. Pourtant, il s'agit bien d'un polar : le roman débute sur le meurtre assez abominable d'un réalisateur d'Hollywood dans un quartier chaud de Bangkok, alors qu'un apprenti-parrain local veut faire de Sonchaï son consigliere - ce qui est assez mal vu karmiquement ! Sonchaïl se retrouve dans le même temps mule passeuse de drogue pour le compte de son patron...
Le Parrain de Katmandou est rythmé par les considérations de ce personnage tragi-comique obsédé par sa foi, qui en fait une sorte de Méndez (le héros de Ledesma) revu et corrigé par Wodehouse, avec évidemment un sens de l'humour typiquement britannique.
Bien sûr, si on préfère le thriller taillé au cordeau et monté comme un film de Michael Bay, ce roman contemplatif ponctué de harangues au farang de lecteur pourra sembler un peu mou et bavard, mais pour peu qu'on adhère à ce personnage à la voix assez unique — ce qui n'est pas vraiment difficile —, on comprend que, comme le dit l'accroche, la série puisse devenir addictive.
À consommer sans modération !


On en parle : La Tête en noir n°151

Citation

Vous me connaissez : je suis la pire des mauviettes de la police thaïe ; je ne survis que grâce à votre protection ; en dix ans de service, je n'ai jamais tué personne, même par accident. N'est-ce pas lamentable ?

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 23 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page