Charlene ne reviendra pas

Je me suis trompée. Ce n'est ni la gardienne ni M. Faraz. C'est un type qui s'éloigne. Il porte un treillis de camouflage urbain et, bien qu'il soit de dos, je peux voir qu'il tient un fusil de gros calibre.
Fabien Clavel - Nuit blanche au lycée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 avril

Contenu

Roman - Policier

Charlene ne reviendra pas

MAJ lundi 30 mai 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Public connaisseur

Prix: 21,5 €

Lisa Unger
Fragile - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Dariot
Paris : Belfond, avril 2011
390 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7144-4827-9
Coll. "Noir"

Ce passé qui ne passe jamais

Le décor est d'un classicisme éprouvé : une petite communauté rurale américaine, où tout n'est que calme. Même les adolescents sont travaillés par la puberté et menacent constamment ce fragile équilibre. Parmi ces adolescents, il y a l'excentrique Charlene, qui sort avec le fils du policier local et accessoirement chante dans un groupe gothique.
Un soir, après avoir annoncé qu'elle partait pour New York, elle disparait. Le village est en émoi. Le policier se doit d'enquêter ce qui l'embête profondément car l'histoire lui rappelle la disparition d'une autre adolescente, il y a vingt ans, alors que lui-même finissait son adolescence. Comme on le voit le classicisme continue car les deux intrigues vont, bien évidemment, se recouper : les remous du passé explicitent les tensions du présent, les non-dits d'aujourd'hui renvoient à ceux d'hier. Pourtant un coupable avait été arrêté mais le policier sait bien qu'il était innocent.
La montée dramatique est faible car le lecteur commence à connaître ce genre d'intrigues. De plus, en multipliant les flash-backs, il est difficile de faire monter la tension autour de Charlene. En revanche, Lisa Unger s'offre le luxe de conclure l'intrigue principale avant la fin du livre pour détailler les répercussions de l'ancienne enquête dans un final cathartique qui permet de sauver aujourd'hui tout en faisant le deuil d'hier.
Les valses hésitations des adolescents, le choix de certains personnages secondaires (comme l'écrivain en herbe, dératisateur professionnel qui découvre à quarante ans l'amour et la confiance en soi), les relations tendues entre certains des protagonistes (la mère de Charlène était impliquée dans la disparition ancienne) constituent les bonnes surprises d'une histoire bien calibrée, lancée sur des rails classiques dont elle ne sortira pas.


On en parle : La Tête en noir n°151

Citation

En réalité seule une fine pellicule blanche avait recouvert le cadavre de Sarah. Il était si menu que le chef Crosby l'avait d'abord pris pour une branche d'arme.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 23 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page