Que le spectacle commence !

Les bourreaux avaient vieilli ou étaient morts, les illusions s'étaient perdues et le calme était revenu.
André Fortin - Un été grec
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 juin

Contenu

Roman - Insolite

Que le spectacle commence !

Historique MAJ jeudi 09 juin 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,6 €

Ann Featherstone
Walking in Pimlico - 2009
Traduit de l'anglais par Carine Chichereau
Paris : 10-18, avril 2011
384 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-05081-6
Coll. "Grands détectives", 4440

Quand les apparences sont reines !

Dans un univers de comédiens et de petite aristocratie victorienne, une traque mortelle commence dans un quartier de Whitechapel. Une nouvelle auteure qui, jouant avec les apparences, les déguisements et les faux-semblants, combine une intrigue passionnante.

Corney Sage, est chanteur comique et danseur en sabots. Il passe sa saison au "Constellation" de Whitechapel. Pendant une pause, dans la cour, il est témoin d'une scène violente entre un homme et une danseuse. Plus tard, Lucy, une autre danseuse, découvre le corps de Bessie sur lequel le tueur s'est acharné à coups de botte. Elle a vu le criminel, mais lui aussi l'a regardée. Elle confie à Corney un paquet contenant son témoignage et des éléments de preuves, avant de fuir. Elle presse le chanteur de faire de même.
James Yates raconte sa soirée au "Constellation", la consommation excessive d'alcool, son altercation avec un client fidèle de Bessie et sa sortie, avec elle, dans la cour. Elle menace l'homme de révélations. Celui-ci tente de la faire taire, quand quelqu'un, dans l'ombre, l'interpelle lui demandant de se calmer. En continuant ses menaces, Bessie déclenche une fureur meurtrière attisée par l'alcool. James raconte également son retour sur les lieux pour retrouver le médaillon d'Helen, la femme qu'il aime.
Miss Marweather aime s'habiller en homme depuis l'enfance. Issue d'un milieu très modeste, elle a réussi à s'intégrer dans l'entourage d'Helen Shovelton.
Corney Sage s'est réfugié à Springwell où il a trouvé un engagement pour la saison d'été. Or, Helen arrive, accompagnée de son frère et d'une amie. Corney, qui a pris connaissance des documents de Lucy, réalise que l'assassin de Bessie est à ses trousses. Mais, sous quel déguisement se dissimule-t-il ?

Ann Featherstone utilise, pour son roman, ses connaissances sur l'Histoire du spectacle, thème des conférences qu'elle donne à l'université de Manchester. Elle dépeint, à travers les récits et monologues de Corney Sage, le monde du spectacle dans l'Angleterre de la fin du XIXe siècle. Elle s'attache à dépeindre le monde des cabarets, des bouges, des lieux où le public vient pour se divertir, mais surtout pour boire et fréquenter les prostituées. Sur les pas de son antihéros, Corney, elle décrit les lieux, le fonctionnement, le public qui les fréquente, ses réactions et ses attentes. Elle expose, avec beaucoup de pragmatisme, la vie quotidienne des comédiens, la précarité, et la quasi nécessité, pour les danseuses, de s'adonner à la prostitution.
Elle brosse une peinture de la société à travers les regards croisés de gens du spectacle, de la petite aristocratie avec ses usages, ses codes. Elle dresse un état de la situation de la femme dans ces milieux, les contraintes que leur impose un carcan social. Elle propose, aussi, une satire de ces univers, servie par une galerie de personnages aux profils psychologiques finement étudiés.

Elle construit une intrigue assez étonnante, tenant du roman policier inversé et d'un récit à plusieurs voix. Elle propose une vision différente de scènes identiques, selon les narrateurs. Ce mode d'écriture concourt à renforcer singulièrement le suspense.
Elle donne, à chaque narrateur le mode d'expression de son milieu. Ainsi, Corney use des contractions liées au langage parlé, alors que les aristocrates s'expriment avec plus de raffinement... en façade.

Avec Que le spectacle commence !, on n'a pas envie que la lecture s'arrête !

Citation

Mais ce type de la haute, ce Shovelton. Est-ce que c'était lui, le micheton que j'avais aperçu dans la cour du Constellation ? Que Lucy avait vu rouer de coups Bessie Spooner ? Si c'était bien lui qui était venu fureter dans la cour de l'Old Pitcher, m'indiquant par là qu'il savait qui j'étais et où je créchais... alors là mes amis, Corney Sage n'était plus en sécurité.

Rédacteur: Serge Perraud samedi 28 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page