Tonton Clarinette

Si Bodichiev s'était contenté de laisser parler ses interlocuteurs, sans s'exprimer lui-même sur les mérites d'un régime politique plutôt que d'un autre ; il voyait amusé, du coin de l'œil, que Viat ne faisait pas montre de la même retenue. Pas mécontent d'abandonner sa lecture d'un rébarbatif essai théosophique, Viat avait lui aussi réuni une cour de marchands français. Et comme il était notoirement dépourvu de flegme, le ton y avait été nettement plus polémique. On gesticulait au milieu des sièges, on argumentait en mauvais anglo-russe et en français hésitant, on prêchait qui pour le solidarisme, qui pour le capitalisme impérial.
Olav Koulikov & Viat - Souvenirs d'un détective à vapeur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 08 avril

Contenu

Roman - Thriller

Tonton Clarinette

Politique - Religieux MAJ samedi 10 janvier 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Nick Stone
Mr Clarinet - 2008
Traduit de l'anglais par Catherine Cheval, Marie Ploux
Paris : Gallimard, janvier 2008
606 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-07-078237-6
Coll. "Série noire"

L’enchanteur des Antilles

À Miami, Max Mingus, détective privé sur le retour, n'est plus qu'amoureux de sa femme, quand celle-ci meurt à quelques jours de sa sortie de prison. Ses dernières illusions envolées, dos au mur, il accepte de retrouver Charlie, le fils d'une grande famille haïtienne disparu depuis trois ans. Un contrat payé dix millions de dollars qui prend vite de vrais airs de mission suicide. Max le sait, le pays est pourri, superstitieux, mort de faim, corrompu jusqu'à l'os, au bord du chaos. Beeson, un privé concurrent, revient de tenter l'aventure avec le rectum en moins et une frousse bleue. Enfin Max, lui, a perdu la main. Ses années de prison lui ont fait douter de sa perspicacité, il n'est plus ce gros dur aux méthodes expéditives (qui lui ont valu la taule), mais se teinte, à son corps défendant, d'une humanité qui lui permet d'accéder au côté face du monde. Est-ce bien le moment ? Et surtout, est-ce que Mingus retrouvera Charlie ?

Rythmé comme un chant de contrebasse,Tonton Clarinette donne dans le genre des romans-reportage de façon très aboutie, très personnelle aussi. Haïti et ses casques bleus pas si bleus, ses patrons paternalistes, ses Tontons macoutes, son Papa Doc, son Bébé doc, toute la famille et son vaudou. Le roman éclaire Haïti de l'intérieur pendant que le lecteur reste sur les plages de la République dominicaine pour un séjour en hôtel quatre-étoiles pour 845 euros seulement. À peine l'histoire pourrait-elle être un poil resserrée : elle se perd parfois dans des étirements quelque peu tendineux. Nick Stone signe là un premier thriller délicat et très humain… On compte 63 personnes dans les "Remerciements" !


On en parle : La Tête en noir n°131 |La Tête en noir n°144

Récompenses :
Prix SNCF du polar européen 2009

Nominations :
Prix SNCF du polar européen 2009
Prix des lecteurs Ancres noires 2013

Citation

Le rhum glissait tout seul, lui emplissant le ventre d'une agréable chaleur qui ne tarda pas à se propager au reste de son corps et à faire naître en lui un solide optimisme totalement infondé.

Rédacteur: Olivier Nouvel lundi 05 janvier 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page