La Plage des noyés

Tu es un pur produit de ton espèce. Un défaitiste qui n'a besoin de personne pour se haïr, répondit Dagr en raclant sa chaise par terre. Tu détestes tout le monde : les sunnites pour le meurtre d'Hassan, les chiites pour avoir brisé la communauté des croyants, les Américains pour leur côté indécrottable, les Palestiniens parce qu'ils font la manche, les Saoudiens pour leur lâcheté. Et au final, tu pisses sur ce que te dicte ta raison, à savoir ton intérêt personnel.
Saad Z. Hossain - Bagdad, la grande évasion !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 octobre

Contenu

Roman - Policier

La Plage des noyés

Social - Assassinat MAJ mardi 14 juin 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Domingo Villar
La Playa de los ahogados - 2009
Traduit de l'espagnol par Dominique Lepreux
Paris : Liana Levi, mai 2011
382 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-86746-570-3
Coll. "Policier"

Actualités

  • 26/04 Prix littéraire: Prix des lecteurs du livre de poche 2013 : sélection d'avril
  • 01/02 Édition: Parutions de la semaine - 1er février
    Peu de nouveaux romans cette semaine, mais beaucoup d'ouvrages d'auteurs confirmés ou qui confirment à commencer par Olivier Gay qui, avec Les Mannequins ne sont pas des filles modèles, ressort son trio d'enquêteurs atypiques et inconcevable et surtout s'offre une première publication en grand format au Masque. Le Cherche midi avec Franck Hériot et Michael Gruber, à l'instar d'Albin Michel avec Johan Theorin et Sylvie Granotier, ne part pas en terrain inconnu. Ces quatres auteurs ont déjà leur lectorat, et chaque lectorat est bien différent. Guillaume Lebel et son Heure des fous ne sont pas dénués d'intérêt, quant aux autres, nous tenterons d'en savoir un peu plus.
    En poche, si l'on retrouve Johan Theorin, quelques rééditions valent, à notre humble avis, le détour. Évidemment, les deux romans de Donald Westlake dont un était au préalable signé Tucker Coe, sont au premier rang des lectures affriolantes, mais l'auteur américain n'est pas le seul. Il y a bien entendu pour les amateurs de classique un incontournable Georges Simenon mais aussi le plus discret Larry Fondation et le encore plus discret romancier anonyme qui a signé Le Livre de la mort. Mention très spéciale également pour notre collaborateur Thomas Bauduret dont un de ses romans est proposé au format poche sous son pseudonyme de Patrick Éris... Enfin, ne passons pas sous silence la sortie d'un nouveau "Poulpe" de Thierry Gallerne !
    En bande dessinées, outre les éternels superhéros que ressort Urban comics, Casterman joue la planche de la réédition avec Commandant Achab, Dargaud opte pour l'intégrale de Garrigue tandis que Blake et Mortimer promeut les premiers volets de... Blake et Mortimer !
    Pour le reste, Artemis revient...

    Fiction adulte grand format :
    Et si notre dame la nuit..., de Catherine Bessonart (L'Aube, "L'Aube noire")
    L'Enfant de Néandertal, de Thierry Bethune (Albin Michel, "Thrillers")
    Les Mannequins ne sont pas des filles modèles, d'Olivier Gay (Le Masque, "Grand format")
    La Place des morts, de Sylvie Granotier (Albin Michel, "Spécial suspense")
    L'Énigme Velasquez, de Michael Gruber (Le Cherche midi, "Thriller")
    Si tu nous regardes, de Patrice Guirao (Au vent des îles, "Noir Pacifique")
    Le Diable d'abord, de Franck Hériot (Le Cherche midi, "Thriller")
    Une semaine en enfer, de Matthew F. Jones (Denoël, "Sueurs froides")
    Lorsque le tonnerre grondera..., de Tim Lahaye (Vida)
    L'Heure des fous, de Guillaume Lebel (Marabout, "MaraBooks")
    Les Riches sont-ils méchants ?, de Thierry Maleret (Slatkine)
    L'Or noir des oligarques, de Chris Morgan Jones (Les 2 terres, "Best-seller")
    La Lance de Longinus, de Graig Smith (City, "Thriller")
    Froid mortel, de Johan Theorin (Albin Michel, "Thrillers")
    Le Parchemin du démon, de Jeri Westerton (Pygmalion, "Policiers")

    Fiction adulte poche :
    Souviens-toi de Sorèze, de Claude Boudet (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    L'Aigle de sang, de Jean-Christophe Chaumette (Lokomodo)
    Pas d'oignons pour le Léon, d'Alain Couprie (Alain Bargain)
    Le Chemin d'ombres, de Patrick Éris (Lokomodo)
    Sur les nerfs, de Larry Fondation (LGF, "Thriller")
    Les Salauds du lac, de Gilbert Gallerne (Baleine, "Le Poulpe")
    La Sentence de juillet, de Jean-François Leblanc (La Valette-éditeur, "Haret noir")
    Le Livre de la mort, anonyme (LGF, "Thriller")
    La Poursuite dans la peau : objectif Bourne, d'Eric van Lustbader (LGF, "Thriller")
    La Maison du lys tigré, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Le Riche homme, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Le Sang des pierres, de Johan Theorin (LGF, "Thriller")
    La Plage des noyés, de Domingo Villar (LGF, "Policier")
    On aime et on meurt comme ça, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")
    Et vous trouvez ça drôle ?, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")

    Bandes dessinées :
    Batman : knighfall. 3, La Croisade (Urban comics, "DC classiques")
    La Colère de Fantômas. 1, Les Bois de justice, d'Olivier Bocquet & Julie Roucheleau (Dargaud)
    Superman, Kryptonite, de Darwyn Cooke & Tim Sale (Urban comics, "DC deluxe")
    Garrigue : l'intégrale, d'Éric Corbeyran & Olivier Berlion (Dargaud)
    Le Caïd, de Hermann (Dupuis)
    Les Trois formules du professeur Sato. 2, de Edgar Pierre Jacobs & Bob de Moore (Blake et Mortimer, "Les Aventures de Blake et Mortimer")
    Le Mystère de la grande pyramide. 1, de Edgar Pierre Jacobs (Blake et Mortimer, "Les Aventures de Blake et Mortimer")
    Justice League. 2, de Geoff Johns & Jim Lee (Urban comics, "DC renaissance")
    Commandant Achab. 1, Né pour mourir, de Stéphane Piatzsek & Stéphane Douay (Casterman)
    Commandant Achab. 2, Ma jambe de plastique, de Stéphane Piatzsek & Stéphane Douay (Casterman)
    Commandant Achab. 3, L'Ours à la jambe de bois, de Stéphane Piatzsek & Stéphane Douay (Casterman)

    Littérature de jeunesse (fiction) :
    Le Dernier gardien, de Eoin Colfer (Gallimard jeunesse)

    Cinéma, télévision & radio :
    Kirk Douglas, l'ombre d'un géant, de Christian Dureau (D. Carpentier, "Stars de l'écran")

    Criminologie & prisons :
    Reconstitution : jeux d'histoire, de Philippe Artières (Manuella)
    Les Psychothérapies en prison : psychothérapies et actes criminels, de Francis Descarpentries & Aude Fani (L'Harmattan)
    L'Expertise psycholégale : enjeux, réalités et nouvelles perspectives, sous la direction de Sid Abdellaoui (L'Harmattan, "Criminologie")
    La Guerre des parrains corses, de Jacques Follorou (Flammarion, "Flammarion enQuête")
    Chronique d'un meurtre annoncé, de David Grann (Allia, "La Très petite bibliothèque")
    Longues peines : le pari de la réinsertion, de Philippe Laflaquière (Milan, "Essais-documents")
    Problèmes actuels de sciences criminelles. 23 (Presses universitaires d'Aix-Marseille)
    Liens : Les Mannequins ne sont pas des filles modèles |L'Énigme Velásquez |Sur les nerfs |Le Livre de la mort |Le Sang des pierres |On aime et on meurt comme ça |Et vous trouvez ça drôle ? |L'Heure des fous |La Colère de Fantomas, 1. Les Bois de justice |Olivier Gay |Sylvie Granotier |Michael Gruber |Johan Theorin |Patrick Eris |Ruth Rendell |Georges Simenon |Domingo Villar |Donald Westlake |Olivier Bocquet |Darwyn Cooke |Éric Corbeyran |Stéphane Piatzszek |Stéphane Douay |Eoin Colfer |Julie Rocheleau

Ce marin a-t-il vraiment pêché ?

Domingo Villar nous sert une histoire à la trame relativement classique mais bien menée et prenante avec des notes d'humour apportée surtout par le personnage de Rafael Estévez dont son supérieur s'étonne souvent de la structure cérébrale lui semblant être rongée par l'acide. Tous les deux forment un tandem efficace qui donne envie d'en faire deux enquêteurs espagnols récurrents.

On a souvent de l'Espagne une belle image de carte postale remplie de couleurs saturées par le soleil éclatant dans un ciel bleu azur. Dans La Plage des noyés, le roman de Domingo Villar, on peut ranger tous les clichés ibériques au fond de son sac. C'est bien avec une impression de gris que le roman débute avec une pluie omniprésente qui vient s'ajouter au décor automnal de cette région de Galice bien fouettée par les vents et les embruns de l'Océan Atlantique.
Démêler le vrai du faux en plongeant dans le passé va être le travail du duo d'enquêteurs de Domingo Villar, l'inspecteur Leo Caldas, originaire de la région, et son adjoint, le pittoresque Rafael Estévez, Aragonais de naissance. Tous les deux ont beaucoup de tempérament mais sont diamétralement opposés. Caldas intériorise beaucoup, il semble presque toujours étonné de la popularité que lui donne sa participation à "La Patrouille sur les Ondes", une émission radiophonique où il endosse derrière le micro le rôle de consultant.
C'est son adjoint, le truculent Estévez qui arrive le premier sur les lieux de la découverte d'un corps, celui d'un homme retrouvé les mains attachées avec un lien en plastique. Tout semble indiquer une noyade. Les flots ont rejeté le corps sans vie de Justo Castelo, un marin du coin qui, en raison de sa chevelure particulière, était surnommé le Blond. Les premiers renseignements récoltés montrent que ce pêcheur était dernièrement très préoccupé. Caldas et Estévez ne croient pas à un acte désespéré d'autant qu'il est très difficile de s'attacher seul les mains !
Rapidement nos deux enquêteurs se rendent compte qu'il n'est pas aisé de mener des investigations et de tirer des ficelles dans ce monde de pêcheurs taciturnes. Il leur est beaucoup plus facile et coutumier de laisser courir les rumeurs enflées par des histoires de naufrages, de superstitions et de vengeances.
Pour beaucoup le coupable est connu. C'est le capitaine Sousa. Le problème est qu'il a péri en mer suite au naufrage de son bateau. Mais plusieurs habitants de Panxón sont certains de l'avoir aperçu et jurent qu'il est venu se venger. D'ailleurs n'a-t-il pas peint une date et une inscription sur la barque du Blond ? Alors pourquoi ne l'aurait-il pas tué ? Les langues vont bon train pour parler de ce fantôme et faire gonfler ce climat surnaturel. Mais il est beaucoup plus difficile de les faire vraiment parler.

Une des particularités du roman est que Domingo Villar a choisi de ne pas numéroter chacun des chapitres. Il a préféré les commencer par un mot ou un verbe accompagnés de leurs différentes définitions en guise d'éclairage sur ce qui va suivre, montrant qu'en toute chose il peut y avoir des nuances, des variations ou carrément un sens caché. Avec en trame de fond le regret sous toutes ses déclinaisons : que le sujet soit celui d'un parent proche, de l'être aimé, d'un acte qui force à se taire, qu'on porte comme un boulet, qui pousse à la crainte.
En fait La Plage des noyés est avant tout un roman qui manie toutes les formes qui font que les personnes se sentent mal durant des lustres.


On en parle : L'Indic n°11

Citation

Les cadavres n'étaient à ses yeux que des véhicules pour résoudre les affaires, des figures en noir et blanc. Cependant, chaque détail intime ajoutait une touche de couleur qui, peu à peu, faisait apparaître les être humains tapis derrière l'enquête criminelle.

Rédacteur: Fabien Maurice lundi 21 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page