Les Cendres froides

Maggie dansait d'une patte sur l'autre, inquiète, prête au départ. Ses poils se hérissèrent le long de sa colonne vertébrale, des épaules à la queue ; le goût du sang lui vint à la gueule.
Robert Crais - Suspect
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Cendres froides

Historique - Médical MAJ jeudi 16 juin 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Valentin Musso
Paris : Nouveaux auteurs, mai 2011
360 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-8195-0082-7
Coll. "Thriller"

Bon aryen : mode d'emploi

Le thriller international et de manière plus "locale", les ouvrages du "Poulpe", ont de nombreuses fois remis en avant ce passé qui ne passe pas avec toute la gamme des nombreuses exactions commises pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais pourtant peu d'auteurs se sont sentis attirés par un des sujets les plus fantasmatiques et qui à le moins passionné la communauté historique, celui des lebensborn.

Les lebensborn étaient des endroits où des femmes censées produire le meilleur de la race aryenne ont accouché. Correspondant aux critères raciaux du Reich troisième du nom, c'était la plupart du temps des femmes amoureuses d'officiers allemands tombées enceintes. L'idée était de faire naitre ces "beaux" bébés et de les confier à de vrais familles nazies qui sauraient les éduquer correctement.
Dans Les Cendres froides, le roman de Valentin Musso, Héloise Tournier, une jeune universitaire, se passionne pour ce sujet, et retrouve la trace d'un premier lebensborn français, dirigé par le docteur Cochet. Elle veut l'interroger sans même se douter que ce faisant elle va forcément réveiller un étrange passé. Au même moment, Aurélien Cochet, le petit fils chargé d'inventorier les papiers et documents de son grand-père qui vient de décéder, déterre le passé de son aïeul et surtout ses liens avec une infirmière âgée, qui a été assassinée. Alors qu'il découvre un film où son grand-père apparaît à la porte d'une maternité pavoisée de croix gammées, il est menacé et sa sœur, psychologiquement très fragile, agressée. Il y a derrière tout ça une internationale nazie qui entend occulter ce passé.

Sans déflorer la fin de ce thriller, Les Cendres froides s'appuie sur une documentation historique négligée pour présenter un pan méconnu de l'histoire. Valentin Musso construit son intrigue de manière à ménager le suspense, mais son roman se concentre surtout, plus que sur les enjeux historiques, au sens de la nation ou d'un groupe social, sur les répercussions de la Grande Histoire au quotidien. Le soin apporté à la psychologie des personnages, aux destins individuels, à la complexité des choix à faire (résistance, collaboration pour le passé ; travailler ou non avec la police car ce sont des proches qui sont mis en cause, comment faire avec une sœur déjà perturbée pour le présent) sont au cœur d'une intrigue bien construite et vivante, qui sait éviter les écueils et les stéréotypes du genre (on ne découvrira pas un ancien nazi non repenti qui trucide les témoins de son passé en faisant des saluts hitlériens dans le secret de son alcôve) pour raconter une histoire vivante et prenante.

Citation

Mon grand-père réincarné en courageux Résistant, en agent double au sein du lebensborn... je ne savais qu'en penser

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page