Derniers retranchements

Pour survivre, elle aurait fait n'importe quoi. La survie qui avait toujours été son obsession première. Raison pour laquelle elle était toujours de ce monde.
Jonathan Kellerman - Killeuse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 20 octobre

Contenu

Nouvelle - Noir

Derniers retranchements

Social MAJ jeudi 23 juin 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,5 €

Hervé Le Corre
Paris : Rivages, juin 2011
288 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2241-1
Coll. "Noir", 825

Noirs desseins

Hervé Le Corre est un écrivain rare, en particulier sur les textes courts dans lesquels il excelle. En effet, il confie "je n'ai pas trop d'idées de sujets sur lesquels écrire et je préfère les garder pour des romans". À la lecture de ces nouvelles, on se dit que l'homme exagère, il y a quand même un vaste univers dans cet excellent recueil. Mais si l'univers est vaste, il est sombre, ce qui n'a rien d'étonnant au regard de ses romans (on pense à Les Cœurs déchiquetés, par exemple).
"Tenir", qui ouvre le livre, donne le ton du recueil et "Se taire" le conclue de la même manière, noire, sans fioriture. Entre-temps, différentes tranches de vies et différents personnages qui pourraient tenir sous la maxime formée par les titres accolés des première et dernière nouvelles "Tenir et se taire". On y croise des êtres écrasés par la vie, des victimes du "chaos social", "des misères qui tuent bien plus que les massacres"… et ceci est porté par une écriture de toute beauté.
La lecture est assez éprouvante, les textes ne laissant pas indifférent (la tension de "Dernier jour" est insoutenable), mais cela illustre parfaitement le fait que le polar est loin d'être une littérature de plage.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles suivantes : "Tenir", "Chienne de vie", La Troisième personne", "La Nuit porte conseil", "Il paraît", "Partir", "Dernier jour", "L'Arrestation qui vient", "De l'autre côté du trottoir" & "Se taire".


On en parle : La Tête en noir n°151

Citation

J'ai fait du café, j'ai à portée de main un paquet de cigarettes et sur les genoux le fusil.

Rédacteur: Christophe Dupuis mardi 21 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page