Sournois

J'accepte et je reconnais totalement sans la moindre réserve, la suprématie des auteurs anglais de la première moitié du vingtième siècle.
Bernard Enjolras - Îlot mortel à Trégastel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Livre sonore - Noir

Sournois

Politique - Social - Arnaque MAJ mercredi 06 juillet 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Alexandre Clément
Anne Marie Mancels (lecteur)
Marseille : Porte Voix, mai 2011
12 x 14 cm
ISBN 978-2-953650037
Extrait audio :


The Shield sur Marseille...

Marseille. Quartiers Nord. Le soleil qui se lève laisse une impression de vide. Rien à faire. Glandouiller dans le no man's land de la téci. Noé, quinze ans, rencontre Hans. Sa vie bascule. Car Hans peut lui offrir un petit boulot. Les mains dans le cambouis. C'est toujours ça, quand on passe son temps dans des magouilles à n'en plus finir qui n'ont pour seul horizon que la prison, ou dérouiller sévèrement. Lui n'a plus vraiment le choix. Sa mère s'est tirée. Il est seul. Non : il y a Alida, une autre gamine de la téci. Une fille intelligente. Instruite. Lui, il a tout foiré. Ne restent que les sales coups dans ces territoires perdus de la République... Non : abandonnés plutôt. Larguant les vies, les congédiant, tous à l'écart, rejetés, tous, à côté. De rien. Non un pas de côté, mais tout une vie de côté. Noé espère encore pourtant. Autre chose. C'est ça le thème du roman. Son plan de consistance. La marge. La "France d'en bas", comme disait l'autre. Absente. Biffée, rayée de la carte. Mais avec vue sur la mer, à Marseille.

Un roman sobre, affectueux. Peut-être parce que Noé veut y croire et que nous voulons qu'il puisse y croire, qu'il ne renonce pas. Mais ça serait quoi, une vie heureuse, dans la téci ? Une chronique sociale donc. Écrite à la première personne du singulier et du présent de l'indicatif. Pour passer au noir. Affectueusement. Malgré ou avec l'ironie. Puisqu'il ne reste que cela : regarder la vie avec détachement, car sinon... De quoi se flinguer, non ? The Shield. Sortir de son trou. La guerre civile.

Étonnamment sur fond de musique de chambre dans le livre lu ! Une lecture que l'on croit tout d'abord posée, trop posée avec ses petites phrases courtes du convenu polardeux. Mais très vite la vois se fausse. Une voix presque adolescente, qui prend une scansion boudeuse. Une voix boudeuse de fille au timbre de quelque monsieur Loyal, faussement ingénue, renfrognée, qui tiendrait dans cette distance la banlieue en direct. Pourrave...

NdR - Sournois, 3 CD MP3, 3 h 55 d'écoute.

Citation

Tous les ans c'est par milliers que les gens se cassent de chez eux...

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 28 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page