L'Aiglon ne manque pas d'aire

Nous étions heureux — bien plus que tous nos amis, me semblait-il. Et aujourd'hui, je me surprends à envier le couple que nous formions alors. Je suis la voisine jalouse de celle que j'étais. Jalouse de ces fichus Moorcroft, de leur vie parfaite, avec leurs jolies jumelles et leur beau chien.
S.-K. Tremayne - Le Doute
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 juin

Contenu

Roman - Policier

L'Aiglon ne manque pas d'aire

Humoristique - Historique MAJ vendredi 08 juillet 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 6,5 €

Patrick Weber
Paris : Le Masque, mai 2011
320 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3613-4
Coll. "Masque jaune", 2534

Dans les serres de l'Aiglon !

En évaluant une succession, Valdémar Aigle, un jeune antiquaire parisien, découvre des documents susceptibles de remettre en cause l'équilibre politique de l'Europe de l'Ouest depuis le XIXe siècle. Patrick Weber mêle grande Histoire et suspense, aventure et humour débridé.

Valdémar, après de études de zoologie est devenu antiquaire. Il est rue Vieille-du-Temple pour évaluer les biens laissés par Lucien Michepape, un bouquiniste décédé récemment. Lui qui, dans sa jeunesse, a été fasciné par l'épopée napoléonienne, est attiré par trois éléments.
En fouillant, il trouve dans Les Mémoires de Sainte-Hélène, deux documents autographes. L'un émane d'un médecin qui certifie que le duc de Reichstadt a reconnu son fils. L'autre, daté du 6 juillet 1832, dans lequel son Altesse Impériale déclare son fils héritier du trône sous le nom de Napoléon III.
C'est le point de départ, pour Valdémar, d'une traque historique. Pour tenter d'entrer dans la personnalité du bouquiniste, il loue son appartement et s'installe dans ses meubles. Mais cette décision déclenche une série d'événements qui vont bouleverser sa vie. Il se met en danger, on lui tue son chat, il perd ses amis...

Patrick Weber crée, avec Valdémar, un personnage atypique qu'il mêle à une intrigue qui prend ses racines deux siècles auparavant. Avec cette révélation de l'Aiglon, c'est toute une généalogie royale, une pyramide de gouvernants, qui peut être bouleversée par un descendant de Napoléon réclamant, pourquoi pas, l'héritage qui lui revient.
L'auteur alterne les aventures modernes de son héros avec une série de lettres de l'Aiglon dans lequel celui-ci fait revivre les grandes étapes de sa vie, permettant de mieux cerner le destin particulier de ce personnage.

Outre le récit historique adroitement mené, l'intérêt du roman de Patrick Weber se situe sur d'autres plans. Il propose, avec les pérégrinations quotidiennes de son héros, une découverte du Marais, ce quartier de Paris que l'auteur semble affectionner particulièrement. Il décrit, avec dithyrambe, l'atmosphère de ses rues, avec d'anciens commerces qui génèrent une ambiance passéiste. Mais l'auteur, par le biais de son héros regrette la mutation avec l'invasion de "Bobos", de nouvelles enseignes modernes...
À travers les actes quotidiens de son héros, il se livre à mille digressions toutes plus amusantes et cocasses les unes que les autres. Il aborde ainsi de nombreux sujets allant de la preuve de l'existence de Dieu par le clafoutis aux cerises, aux biscuits du XVIIIe siècle ou aux vendeurs de croquettes pour animaux. Il dresse toute une série de portraits truculents, des gens que l'on peut croiser dans la rue et nombre de scénettes pour les mettre en situation.

Patrick Weber donne à son roman un ton ironique, voire narquois. Le titre, avec son jeu de mot, illustre parfaitement l'esprit. Il fait preuve d'un humour ravageur, imaginant nombre de réflexions, de dialogues, de situations désopilantes.

L'Aiglon ne manque pas d'aire mérite largement le Prix du roman d'Aventures.

Citation

Il contempla un bref instant cette preuve pâtissière de l'existence de Dieu et puis, la bouche pleine, il poursuivit...

Rédacteur: Serge Perraud mardi 28 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page