L'Homme qui rêvait d'enterrer son passé

Certes il ne fait pas chaud, mais ce port ne gèle jamais et il fonctionne chaque jour de l'année quand il n'y a pas de tempête. Des marchandises arrivent du monde entier, et partout où il y a tant d'activité, un homme comme moi peut toujours faire des affaires.
William Ryan - Film noir à Odessa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Roman - Thriller

L'Homme qui rêvait d'enterrer son passé

Disparition MAJ dimanche 17 juillet 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,2 €

Neil Cross
Burial - 2009
Traduit de l'anglais par Renaud Morin
Paris : 10-18, mai 2011
358 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-05272-8
Coll. "Domaine policier", 4451

Le couple entre normalité et irrationnel

Les chocs les plus rudes arrivent bien souvent quand l'irrationnel et l'extraordinaire font irruption dans le quotidien le mieux rangé, quand les événements révèlent toute l'ambivalence des êtres. Ce n'est pas une absolue vérité mais c'est la triste expérience que va faire Nathan alors qu'il vit tranquille avec sa compagne, sans même se rendre compte que son couple s'est délité depuis des lustres. Tout arrive et lorsqu'il quitte une soirée avec une autre jeune femme et un ami très vite abandonné, ils ne tardent pas à coucher ensemble. Las pour lui elle meurt en plein acte. Une grande mort avant la petite. Il choisit alors de cacher le cadavre et de revenir à une certaine normalité : il vend des cartes postales thématiques pour les anniversaires, les mariages... jusqu'au jour où il aperçoit à la télé une femme évoquer le souvenir de celle qu'il a enterrée. Il décide de la rencontrer, de lui faire la cour et de l'épouser. Ce qui est fait dans l'ordre et dans l'heure ou presque. Un mariage heureux et de nouveau un retour à la normalité jusqu'au moment où l'ami abandonné lors de l'antédiluvienne soirée pointe le bout de son nez et menace de tout dévoiler.

Cross joue avec la tension naissante de ses personnages : un hippie jamais retombé d'une envolée psychédélique qui recherche les fantômes et enregistre les maisons silencieuses pour y entendre les cris des morts... Une femme qui vit dans l'ombre de sa sœur disparue... Un homme en recherche de normalité sujet a des crises de stress et qui veut à tout prix se marier avec la sœur de celle qu'il a tué. L'écriture et l'intrigue rendent compte de ce basculement en détaillant longuement le quotidien du personnage central. La mort même de la jeune femme semble un rêve. Tout se dilue dans cette normalité jusqu'aux cinquante dernières pages alors que le récit s'accélère et provoque quelques chocs comme cette séquence où l'on déterre un cadavre et qui amène la question essentielle : "Que fait-on des restes ?" Neil Cross fait alors disparaître la "normalité" de son personnage central qui devient un monstre froid pendant quelques heures, créant ainsi un être d'une ambigüité impressionnante. Une ambiguïté qui va être renforcée par un dialogue où un policier non dupe de la réalité lui révèle de manière implicite les éléments essentiels pour assurer son impunité. L'Homme qui rêvait d'enterrer son passé est un roman que l'on peut comparer à une mare stagnante. Neil Cross a jeté un pavé dont les remous ont perturbé la surface avant que le calme de l'eau stagnante règne à nouveau, glauque et oppressant.

Citation

Quelque chose n'allait pas chez lui, comme une sorte d'illusion d'optique, un dessin dont on aurait modifié l'échelle et la perspective.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 15 juillet 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page