Onzième parano

Je descends travailler dans la cité. Je me suis embarqué dans le deal avec mes potes depuis quelque temps. J'ai renseigné un mec qui voulait pécho son bédo, et ensuite j'ai vendu une puis deux puis plusieurs doses de popo. J'ai décidé d'occuper un poste. Houssine a imposé à Sérigné de nous laisser un bâtiment. Jérémy découpe la veille le teu-teu qu'il réchauffe dans le four de son teum-teum. Une fois le bloc ramolli, il découpe puis pèse le chocolat qu'il emballe en différentes quantités : barrette à cinq grammes, 5-20 pour vingt-cinq grammes et savonnette ou grand G pour deux cent cinquante grammes.
Rachid Santaki - Les Princes du bitume
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 mars

Contenu

Roman - Policier

Onzième parano

Musique - Trafic MAJ dimanche 07 août 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,95 €

Marie Vindy
Paris : La Tengo, avril 2011
290 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35461-012-8
Coll. "Polar & Rock'n roll"
Mona Cabriole, 11

Ce qu'il faut savoir sur la série

Mona Cabriole est journaliste à Parinews à la rubrique des faits divers. Elle cumule, nous dit son éditeur, "le triple handicap de mesurer un mètre soixante-quinze, d'être sexy et intelligente". MP3 en bandoulière. Rock à fond les manettes, Lou Reed et le Velvet de préférence, Björk en enfilade Place des Vosges. N'enquête jamais officiellement sur les seuls meurtres qui l'intéressent...
La série comportera vingt romans, chacun dédié à un arrondissement de Paris et écrit par un auteur différent.

Poulpe-like musical

Mona Cabriole est-il un penchant féminin et apolitique du Poulpe et une cousine cachée de Nestor Burma ? Tout y est : refaire "Les Nouveaux mystères de Paris" arrondissement par arrondissement (en espérant aller jusqu'au bout, contrairement à Léo Malet !), le principe du un livre/un auteur, le personnage récurrent, plus l'étiquette "rock'n roll" devenue kitsch maintenant que les stars du rock servent à vendre des voitures, comme n'importe quelle marque, ou s'étalent dans les solderies à greluche. Mais ne boudons pas notre plaisir : c'est dans les vieux plats, etc., etc., comme dit la sagesse des nations.

L'intrigue ? La journaliste et critique Mona Cabriole (un nom qui sent bon l'Arletty !) est appelée chez Basile Winkler, chanteur du jeune groupe qui monte Surface Noise (puisque tout groupe de rock littéraire est forcément un succès par décrêt ministériel, on ne s'intéresse jamais aux galériens), où une jeune femme a été retrouvée morte après une nuit de débauche. Lorsqu'elle apprend que la plupart des organes de la victime manquent, Mona devient persuadée que Baze est innocent...

Inutile de dire qu'on ne varie guère du schéma sexe, drogue et rock'n roll (nous présentera-t-on un jour un musicien ou un artiste en général qui ne soit pas paré de toutes les tares ? Ça doit bien exister...), mais qu'importe : c'est joliment troussé, avec quelques passages bien sentis, et le personnage est assez sympathique pour faire passer ces trois cents pages agréablement. Certes, on est loin de la profondeur du Chanteur de Cathi Unsworth, mais ce n'est pas ce qu'on demande à un roman populaire - au sens noble du terme, faut-il le préciser ? - destiné à paraître en poche. Contrat rempli, donc. On attend, en toute logique, un "Poulpe" signé Marie Vindy...

Citation

Il y en avait tant, de ces lolitas en mal d'amour, gorgées de rêves de prince charmant et de rock'n roll. Des filles à peine majeures, déjà accros à la coke, prêtes à tout pour que la fête continue.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 05 août 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page