Derniers adieux

Avec les progrès de la médecine et de la diététique, les cirrhoses sont devenues rares chez les limonadiers ; mais ici, dans l'île, on n'a encore rien trouvé contre les vols de chevrotine à basse altitude et le saturnisme foudroyant qui en résulte...
Alix Deniger - I cursini
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 22 mai

Contenu

Roman - Policier

Derniers adieux

Tueur en série MAJ lundi 05 septembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Lisa Gardner
Say Goodbye - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Cécile Deniard
Paris : Albin Michel, septembre 2011
400 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-226-22980-9
Coll. "Spécial suspense"

Rebondisseur en série

Connaissez-vous le Burgerman ? C'est une sorte de monstre qui vient la nuit prendre les enfants pas sages et qui les emmène dans son usine où il les transforme en hamburgers. Vous croyez avoir affaire à un conte ancien modernisé ? Vous vous trompez car chaque année nombre d'enfants disparaissent dans la nature. Lorsqu'en lisant ce roman vous en découvrirez plus sur le Burgerman, vous en viendrez presqu'à regretter que le monstre ne se contente pas de manger ces mêmes enfants.

Ce kidnappeur manipulateur pédophile non content d'abuser ses victimes les garde avec lui longtemps, les formant pour le seconder. Car, accessoirement, il est aussi un tueur en série, amateur forcené de prostituées.

Ces points de départ pourraient effrayer le lecteur qui voit là déjà des terrains balisés à l'extrême. Pourtant le roman s'ouvre avec une héroïne qui fait partie du Fbi et qui est chargée de collecter des indices après un crash d'avion. Les recherches sont longues et épuisantes et pourtant, alors que tout est bloqué, elle découvre une jambe supplémentaire qui ne correspond à aucun des passagers de l'avion. Ce détail reflète bien l'ambiance du roman, dans lequel tout n'est que fausses pistes. L'auteur parvient à comprendre la puissance de manipulation du tueur et à la restituer fidèlement sans doute parce qu'elle connait les ficelles pour manipuler son lecteur !

Sans entrer dans les éléments de l'intrigue, Lisa Gardner sait jouer avec les nerfs du lecteur et tromper son monde. Elle ouvre des pistes, crée des intrigues secondaires, organise son histoire de manière labyrinthique. On savait que les traumatismes sexuels engendraient des répétitions. Lisa Gardner joue sur ce phénomène pour brouiller les pistes. Sans oublier la façon dont le tueur se débarrasse des cadavres qui laisse la place à une série de descriptions impressionnantes, rappelant le meilleur de X-Files.

Derniers adieux joue sur l'angoisse du lecteur. Beaucoup de choses déjà vues et des personnages stéréotypés qui débouchent sur une autre angoisse : celle du désir pour le lecteur de tourner les pages, de ne pas lâcher le livre, de ne pas être dérangé pour l'achever.

Citation

Il m'a déshabillé. Jeté à plat ventre sur le lit. J'ai résisté autant qu'un enfant de neuf ans peut le faire, le visage enfoncé dans le matelas. J'ai cru qu'il allait me tuer. J'ai peut-être prié pour qu'il le fasse quand il aurait fini.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 24 août 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page