Tueurs en exil

Le dernier sport national des femmes était de faire appel à des tueurs à gages pour se débarrasser de leurs époux.
Deon Meyer - 13 Heures
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 mars

Contenu

Roman -

Tueurs en exil

Guerre - Drogue - Gang - Trafic MAJ lundi 19 septembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Chuck Hogan
Devils in Exile - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean-François Le Ruyet
Paris : Calmann-Lévy, septembre 2011
350 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4249-3
Coll. "Robert Pépin présente"

Des hommes, des vrais

Décidément, les vétérans de guerre sont une manne indispensable pour les auteurs de romans et de films d'action. Le Vietnam se faisant vieux, en avant pour ceux des guerres du Golfe. Mais cette fois-ci, contrairement aux années 1970, pas de questionnement voire de rejet, ces vétérans sont forcément des héros partis défendre la grandeur et la supériorité de l'Amérique pourrie par ces rampants ne respectant pas les bonnes valeurs militaires. Autre temps, autre mœurs...

Chuck Hogan a déjà bénéficié du Nirvana auquel se doit d'aspirer tout auteur, à savoir une adaptation cinématographique plutôt bien réussie de son premier roman, The Town. L'influence est nettement hollywoodienne... Le "tueur en exil" est ici Neal Maven, un vétéran d'Irak qui vivote dans un emploi de gardiennage. Or lorsqu'il défend son amour d'enfance qui, heureux hasard, passait par son parking, l'homme avec qui elle est en ménage, Brad Royce, lui propose de rejoindre un groupe de justiciers visant à débarrasser Boston des dealers. Leurs très lucratifs succès attirent l'attention du DEA, puisqu'à chaque fois le commando détruit la drogue au lieu de s'en emparer. Mais les desseins de Royce, on s'en doute, ne sont peut-être pas si purs...

Pas de doutes, si Michael Mann ou Tony Scott cherchent un sujet, ce roman est pour eux. On est dans l'histoire d'hommes, des vrais, avec exaltation des bonnes vieilles valeurs militaires dégoulinantes de testostérone, mais menée en vieux pro et sans trop d'accrocs, même si le deuxième tiers perd un peu en intensité. Ça se lit vite et bien, aidé par une traduction efficace, et s'oublie aussitôt... Comme tout bon blockbuster qui se respecte !

Citation

Lash haïssait la drogue comme les assistantes sociales la pauvreté ou les épidémiologistes la maladie. Pas d'une haine agressive, débordante, mais comme quelque chose à repousser. Comme une bataille qu'il ne s'attendait pas à gagner, mais à mener avec honneur.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 16 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page