Les Cathédrales du vin

... un religieux lui avait dit que, une semaine après la fête des Rameaux, le roi Richard avait été vendu à l'empereur Henri VI pour une somme d'argent de soixante mille livres d'argent.
Jean d'Aillon - L'Évasion de Richard Cœur de Lion et autres aventures
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Cathédrales du vin

Économique - Ethnologique MAJ lundi 19 septembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Daniel Hernandez
Perpignan : Mare nostrum, juin 2011
244 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-36391-004-2
Coll. "Les Polars plein Sud"

Monuments en péril

Chaque journée qui passe nous rappelle les bienfaits et les angoisses dus à la mondialisation. Mais cette mondialisation lointaine, tentaculaire, - d'ailleurs elle reste très floue lorsque les journalistes nous assènent "les marchés" par-ci, par-là -, est difficilement compréhensible. Aussi, il peut être intéressant de l'incarner au sein d'un terroir particulier, d'une profession particulière avec un héros emblématique. Donald Westlake et son Couperet ont ainsi plus montré le problème du chômage chez les cadres que de longs dossiers thématiques dans les magazines spécialisés ou pas.

Le monde du vin n'a pas échappé à la mondialisation. En ont particulièrement souffert les vignerons du Sud-Ouest. Pourtant ils ont essayé de lutter et de se moderniser. Du début du XXe jusqu'à aujourd'hui, ils ont à peu près tout tenté : l'aventure solo pour grossir afin de résister aux autres, les options collectives comme la coopérative (d'où la création de structures imposantes qui donnent le titre du roman) et l'entraide. Le choix d'un créneau porteur comme l'apparition de labels qualité et bio, la fuite en avant ou le lent désespoir amplifié par les primes européennes pour détruire ses propres cépages.

Toutes ces transformations provoquent bien des incompréhensions et surtout des transferts de capitaux : qui achète les vignes de celui qui se retire ? Qui spécule lorsque des terres ou des bâtiments agricoles doivent être vendus ? Mais la mondialisation provoque des crispations, et lorsqu'on découvre le président du syndicat viticole assassiné et jeté dans l'un de ses appareils agricoles, le village est sur les dents. A-t-il été tué pour des choix syndicaux, politiques ? Pour des magouilles ou des motifs plus personnels ? Car être un vigneron industrieux n'empêche pas d'avoir en même temps une épouse et une maîtresse.

Jepe Llense, le commissaire du roman de Daniel Hernandez, doit donc enquêter dans ce milieu fermé, où tous ont des mobiles. C'est l'occasion de présenter des gens qui s'agitent dans une trame géographique et professionnelle décrite avec soin dans ces Cathédrales du vin. Même si une fois ou l'autre, les développements sur les nouvelles formes de travail du vignoble coupent l'intrigue, ce n'est jamais lourd ni pesant, et les éléments s'intègrent tous pour présenter un panorama crédible où l'histoire et l'arrière-plan "sociologique" se répondent de manière intelligente. Et du coup, la mondialisation se fait sous la plume du romancier, non pas à visage humain, mais à taille humaine.

Citation

L'économie de ce pays se casse la gueule: Griffoul et Soubie se repaissent de sa faillite en spéculant et des cathédrales du vin laissent la place à des lotissements pour retraités.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 19 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page