Je reste roi d'Espagne

Je fermai les paupières. Ce serait si simple de tout arrêter, aujourd'hui et maintenant. Plus de souci et plus d'ennuis. Juste se laisser aller.
Olivier Gay - Le Noir est ma couleur. 2, La Menace
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

Roman - Noir

Je reste roi d'Espagne

Road Movie - Disparition MAJ mercredi 28 septembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Carlos Salem
Pero sigo siendo el rey - 2009
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Danielle Schramm
Arles : Actes Sud, septembre 2011
398 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7427-9750-9
Coll. "Actes Noirs"

Actualités

  • 15/02 Édition: Parutions de la semaine - 15 février
  • 10/07 Prix littéraire: Sélections GPLP 2012
  • 19/09 Librairie: Carlos Salem et Paco Ignacio Taibo II
    À soirée exceptionnelle, ouverture exceptionnelle. La librairie spécialisée en littératures policières parisienne Terminus Polar* ouvre donc ses portes le temps d'un lundi soir pour accueillir Carlos Salem, Paco Ignacio Taibo II et ses habitués. Les deux romanciers sont là pour deux livres bien distincts. Carlos Salem vient tout juste de voir son dernier opus, Je reste roi d'Espagne, paraître chez Actes Sud  quant à Paco Ignacio Taibo II, il a dirigé l'anthologie Mexico Noir, publiée aux éditions Asphalte. Mais le lien entre les deux auteurs est bien plus fort qu'on le pourrait croire. L'influence du Mexicain a contaminé l'Argentin, qui l'a en quelque sorte inclu dans son dernier roman.
    La libraire Caroline Masson propose pour fêter ce double événement un apéro mexicano-argentin le lundi 26 septembre de 19 heures à 22 heures.

    * Terminus Polar
    1, rue Abel Rabaud
    75011 Paris
    Liens : Paco Ignacio Taibo II |Carlos Salem

Rêves de Roi

José Maria Arregui – Txema pour les amis – est appelé par le gouvernement espagnol. Mission secrète de la plus haute importance : le Roi d'Espagne a disparu en laissant un mot énigmatique "Je vais chercher le petit garçon. Je reviendrai quand je l'aurai retrouvé. Ou pas. Joyeux Noël." Ça commence à dater, le gouvernement est sur les dents (Noël se rapproche et le Roi doit enregistrer son allocution télévisée), ils n'ont aucune nouvelle et personne n'arrive à savoir où il est parti. Txema, qui lui a déjà sauvé la vie, est leur dernier recours. Ancien flic, aujourd'hui détective privé qui cultive son veuvage et ses remords accepte. Difficilement, mais il accepte.

Décidément Carlos Salem s'avère être un auteur surprenant (et talentueux) avec ce troisième roman qui mêle les ingrédients qui commence à faire "sa patte" : folie, émotions, situations uniques et questionnements humains. Salem est fort pour créer des failles spatio-temporelles dans ses romans. Pas de science fiction, loin de là, mais des plongées dans une sorte de monde parallèle, moitié fou et poétique. Ici c'est en pleine Espagne que Txema et Juanito tombent. À la recherche d'une rivière à traverser pour rejoindre Madrid, ils vont croiser un voyant qui ne dit que le passé, un chef d'orchestre ayant perdu sa symphonie et bien d'autres personnes encore. C'est beau, émouvant et rythmé aussi (une poursuite impitoyable par La Terreur qui cristallise toutes les peurs et angoisses). Paco Ignacio Taibo II est de la partie, on retrouve des personnages de ses précédents romans (ceux de Salem, pas de Taibo)...
En trois romans Carlos Salem a réussi à construire un monde qui lui est bien particulier et s'affirme comme une plume à part dans le roman noir espagnol.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°44 |L'Indic n°10

Nominations :
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2012
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2012

Citation

Un veuf est un homme qui a approché la mort et en a un peu moins peur. Il la connaît de près et d'une certaine façon il l'attend.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 19 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page