Régime sec

C'est à cause des conquêtes et de l'oppression que le peuple grec laissa ses légendes se transformer en superstitions. La déesse Aphrodite devint Vorvolaka. Cette créature de cauchemar hantait encore les paysans quand la Grèce remporta la guerre des Balkans de 1912.
Mark Robson - L'Île des morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 10 décembre

Contenu

Roman - Noir

Régime sec

Politique - Social MAJ mercredi 21 janvier 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Olivier Bordaçarre
Paris : Fayard, janvier 2008
480 p. ; 21.4 x 13.5 cm
ISBN 978-2-213-63477-7

Regarde un peu la France

Dans le roman d'Olivier Bordaçarre, la rue Élisée-Reclus de Choisy-le-Roi est rebaptisée (en grande pompe s'il vous plaît) rue René-Bousquet. Ce qui en dit long sur l'état d'esprit de la France en cette veille d'élection présidentielle 2012. Le roman en dresse une cartographie peu reluisante, à travers le destin de trois groupes.
Tout d'abord, la bande d'amis du pas-tout-à-fait-narrateur Arthur, dit Art, et de sa bien-aimée Alice. Ces sympathiques jazzophiles fréquentent le même bar de la Butte aux Cailles et partagent la même inquiétude quant à la situation politique de leur pays. Ils entrent finalement en résistance suite à l'élection à la présidence de la République de Jean-Benoist de Coquebrune, leader du PNAP, signifiant le retour des pires démons nationaux.
Ensuite, la bonne famille d'Axoy dans son triplex de Dupleix : le père, industriel proche du pouvoir ; la mère, grande bourgeoise catholique dépressive ; le fils, handicapé mental et honte de la famille. Mais aussi Anne-Sophie, dite Nanou, l'aînée, l'aventurière au long cours, qui part traverser le Pacifique à bord d'un frêle esquif, et dont l'odyssée sera suivie par toute la France grâce à des procédés révolutionnaires de télécommunication, ce qui ne manquera pas de rapporter des fonds conséquents pour la campagne du PNAP.
Enfin, un foyer plus que modeste de Choisy : Clodie l'ancienne pute, son alcoolique de mec et leur petite Choupette qui n'ouvre plus le bec, murée dans un mutisme révolté. La petite famille connaîtra une longue descente aux enfers car, dans cette France de demain, il n'y a pas de place pour les chômeurs, les désocialisés, les parasites, les clodos enfin.
Ces trois groupes ne feront donc que se croiser – comment pourrait-il en être autrement ? – mais c'est justement ce qui fait la richesse du roman. Certes, on pourrait reprocher certaines facilités, les révolutionnaires parfois franchement naïfs, la frustration sexuelle du bourgeois un peu caricaturale, la rédemption de la jeune fille de bonne famille difficile à avaler, mais qu'importe : l'écriture est belle, musicale évidemment, tranchant singulièrement avec cette France effrayante et brutale, ses milices populaires et ses malls à l'américaine. Sur une note très personnelle, j'avoue avoir été moins sensible à l'histoire d'amour éthérée d'Art et Alice qu'à la pasión bien charnelle d'Angela et Juan, les vieux domestiques des d'Axoy. Et le destin le plus bouleversant est à mon sens celui de Clodie, terriblement noir, sans jamais la moindre lueur d'espoir malgré tous les efforts de la jeune femme pour s'en sortir.
Malgré ses quelques défauts, le roman vise globalement juste et fait mal. Non, décidément, Régime sec n'est vraiment pas une lecture qui colle le sourire aux lèvres. Toute ressemblance, etc.

Citation

Je vais vous dire, les trente-cinq heures, là, vous vous souvenez ? On les a à peine connues, d'ailleurs, nous deux, on était trop jeunes.

Rédacteur: Claire Duvivier mercredi 14 janvier 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page