L'Affaire du noyé de Poitiers

Toujours le seul de la classe. Celui qui ne connait pas le nom des héros des séries, des finalistes de The Voice. Celui qui n'a pas vu les images de la dernière catastrophe naturelle [...] Celui qui n'a pas le droit de suivre le déroulement de la prise d'otages dont tout le monde parle. Maman estime qu'il faut protéger les enfants de la folie du monde.
Mikaël Ollivier - Trop fort, Victor !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 mars

Contenu

Roman - Noir

L'Affaire du noyé de Poitiers

Historique MAJ mardi 27 septembre 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Patrick Amand
La Crèche : Geste, mars 2009
180 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-84561-502-1
Coll. "Le Geste noir", 7

Résistants et après ?

La quatrième de couverture de L'Affaire du noyé de Poitiers évoque Frédéric H. Fajardie et Didier Daeninckx. Cela crée un poids un peu lourd sur les épaules de Patrick Amand qui signe ici son premier roman, et ce n'est pas l'injurier de signaler qu'il a encore une marge de progression pour atteindre le niveau des grands textes de ses illustres prédécesseurs.

Le roman s'installe sur les rails d'un roman policier de facture classique avec une mort mystérieuse, des liens avec le passé des personnages et l'histoire récente de la France, un détective amateur qui débute dans le métier, boit beaucoup (mais des alcools liés au folklore rural français) et a des aventures de passage, et une résolution finale où le détective cache des éléments à son client pour ne pas le détruire moralement. En s'installant dans cette veine classique, Patrick Amand y distille un peu d'humour en décalant un peu les situations comme cette relation entretenue entre le détective et une possible témoin, témoin qui mène la danse dans le couple.
La résolution passe par le choix que les puristes verraient comme hérétique du frère jumeau, mais l'auteur réussit à sauver la donne en jouant sur l'ambiguïté car le lecteur ne saura pas exactement lequel des deux jumeaux est au centre du roman.

Mais Patrick Amand développe également son roman autour de la résistance et de ses suites. Il présente la résistance non comme le bloc soudé tel qu'on le connait dans les années suivant la guerre mais bien comme le lieu de frictions entre factions, rugosités entre les formations politiques et à l'intérieur de la gauche, difficultés nées déjà lors de la guerre d'Espagne. En outre, l'auteur évoque la difficulté que peuvent avoir certains résistants après-guerre à trouver leur place dans un pays en paix, et ces résistants, qui cherchent la liberté, vont se retrouver, ironie de l'Histoire, à se battre dans le cadre des guerres coloniales. Si à la suite de Didier Daeninckx, la guerre d'Algérie commence à entrer dans les polars, Patrick Amand ouvre une brèche dans celle d'Indochine - qui entre autres avec l'Affaire des piastres attend son grand roman.

Ce sont donc les aspects liés à l'Histoire et des pointes d'humour qui ressortent de ce roman. Mais un auteur ne peut tout maitriser depuis le début et les "petits défauts" sur l'intrigue ou les personnages peuvent s'estomper pour que Patrick Amand puisse nous offrir des textes dignes de rivaliser avec ceux de ses prédécesseurs. Peut-être est-ce déjà le cas avec le deuxième livre sorti très récemment Gurs 10.39...

Citation

Tout ragaillardi par la perspective d'en découdre avec les forces du mal, Valmy régla son café et prit la direction de la médiathèque afin de consulter les journaux pour retrouver les articles sur les deux précédents noyés.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 26 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page