Saucisse is watching you : tome V

Tu as tué McClure. Il y a un million d'hommes dans cette ville, et il a fallu que ça tombe sur le commissaire de la police judiciaire.
Mervyn LeRoy - Le Petit César
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Mémoires - Insolite

Saucisse is watching you : tome V

Humoristique - Road Movie - Faits divers MAJ lundi 10 octobre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Serge Scotto
Paris : Jigal, septembre 2011
182 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-914-7048-16

Saucisse ne tourne jamais en eau de boudin

Saucisse observe le monde, le nôtre, depuis le chien, l'estomac délicat mine de rien, pas prêt à avaler nos couleuvres. Saucisse renifle, avec sagacité même, les mauvais coups de la République, les émeutes, les flics, le Pouvoir, et digresse volontiers sur la fragilité de nos existences, les bouchons et la SNCF, les pauvres et l'opinion publique. Du CAC 40 aux chasses zaroviennes de la Sécu, Saucisse décrypte notre monde comme il va – mal, merci. Tribune libre d'éditorialiste décoincé, la lippe frétillante, le blaze flairant toujours la bonne piste, Saucisse ne tourne jamais boudin. Ni ne ratiocine, ni ne tient ce genre de conversations de cagoles qui ne volent pas plus haut que le collet d'un teckel. Pas plus qu'il n'aboie avec les loups. Saucisse démonte nos farces, nos bouffonneries, comme celle du clown Val (ex Font et Val), ou celle de l'héliocologiste Yann Arthus. Saucisse balance donc, dénonce, médite âprement, se la joue cynique de l'école grecque, qui se serait fait chien, pour de bon cette fois. Et de fait, Saucisse en devient l'un des derniers aboyeurs de la République, quand il ne reste que des miauleurs, genre BHL et compagnie, voire Sarko, le "Pif Gadget" de la Ve République. Bien vu, bien dit, Saucisse déchire à belles dents les os que ces petits maîtres fats nous ont donné à ronger, pour signer le portrait d'une humanité affligeante, moins grotesque que pitoyable. En accumulant les traits, décochant les flèches, de tribune en tribune, Serge Scotto sait comme pas un saisir le fait divers qui en dit long sur l'état de notre moral, d'Adolf à Galiano, d'un crime d'État l'autre, la Ve en baudruche. C'est franc du collier, l'anti-journal du Geek par excellence, un vrai libelle, satire de nos mésaventures en un volume V très réussie, bref, l'éditorialiste que l'on aimerait entendre le matin à la radio en lieu et place des soporifiques dédiés au lever-couché des français en mal de drapeau...

Citation

Le secret de la sauce bolognaise aphrodisiaque (je ne devrais pas vous le dire, mais il suffit de laisser la tomate attacher un peu beaucoup au bord du poêlon).

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 04 octobre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page