La Garçonne et l'Assassin

Ogden sentait son cœur battre à tout rompre et il se demanda pourquoi. La réponse était évidente : rien ne rend les gens plus intéressants que d'être morts. Triste à dire, mais vrai.
Percival Everett - Montée aux enfers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 04 mars

Contenu

Essai - Noir

La Garçonne et l'Assassin

Faits divers MAJ mercredi 05 octobre 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Fabrice Virgili & Danièle Voldman
Paris : Payot, mai 2011
174 p. ; illustrations en noir & blanc ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-228-90650-0
Coll. "Essai"

Actualités

  • 31/05 Édition: Parutions de la semaine - 31 mai
    Doit-on absolument parler de la sortie d'Inferno, de Dan Brown, dont la traduction en allemand, espagnol, italien et français au fin fond d'un blockhaus italien prête forcément à sourire ? Bien entendu, nous le lirons mais n'en doutons pas : la mise au secret des traducteurs relève non pas du secret-défense mais d'un plan marketing bien mené.
    Les amateurs de Robin Cook - celui des thrillers pas des romans noirs -, de Peter Robinson et de Pieter Aspe feront les beaux jours d'Albin Michel. Dans une moindre mesure, ceux de Jonathan Kellerman feront ceux du Seuil. L'inédit de Mark Haskell Smith chez Rivages est peut-être la lecture drolatiquement noire de circonstance. À noter que Robert Laffont publie dans sa collection "Bouquins" l'intégrale de Fantômas.
    En poche, quelques romans méritent une attention toute particulière, quoique pour des motifs différents. Rivages sort deux romans d'Elmore Leonard, un du Mark Haskell Smith dont nous avons parlé plus haut. Alexis Aubenque et Gilles Bornais sont aussi de sortie tout comme, nettoyage de printemps oblige, Rex Stout (si vous n'avez pas lu de romans de cet auteur à base de détective agoraphobe et monstrueusement obèse qui préfère parler à ses orchidées qu'à ses congénères, alors n'hésitez pas !).
    Et si l'on parle classique, force est de constater qu'il n'en manque pas dans les bandes dessinées et les romans jeunesse avec des auteurs comme Robert Louis Stevenson, Charles Dickens, Victor Hugo ou Léo Malet (dans des éditions certes abrégées). Enfin, attirons votre attention sur un document sur les Indiens dans le western qui ravira les exégètes du genre.

    Fictions adulte grand format :
    L'Affaire du tarot, de Pieter Aspe (Albin Michel, "Romans étrangers")
    De l'or sous les verrous de Fontevraud, de Gino Blandin (L'àpart, "Polar")
    Pas de vie en rose pour le docteur Hans, de Ginette Bocquet (ABM)
    Inferno, de Dan Brown (Jean-Claude Lattès)
    Jamais vue, d'Alafair Burke (Télémaque, "Entailles")
    Nano, de Robin Cook (Albin Michel, "Thrillers")
    La Femme qui valait trois milliards, de Boris Dokmak "Ring, "Noir")
    Chinese strike, de Michel Douard (La Manufacture de livres)
    À âmes égales, de David Dupont (Thot, "Polar")
    Rififi sur la Canebière, de Oumar El Foutiyou Ba (IS)
    Zalbac brothers, de Karel Gauthier (Albin Michel, "Thriller")
    L'Heure du chacal, de Bernhard Jaumann (Le Masque, "Grands formats")
    Le Dernier agent, de Jerry Bruce Jenkins (Vida)
    Les Tricheurs, de Jonathan Kellerman (Le Seuil)
    Sauvage était la côte, de Bernard Méhaut (Coëtquen, "Policier")
    La Promesse du Gitan, de Nicolas Ménard (Pavillon noir)
    Quitte à vivre ma mort, de Daniel Panizzoli (IS)
    Le Silence de Grace, de Peter Robinson (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Murder Park, de Leigh Russell (City, "Thriller")
    Défoncé, de Mark Haskell Smith (Rivages, "Thriller")
    Fantômas : édition intégrale. 1, de Pierre Souvestre & Marcel Allain (Robert Laffont, "Bouquins")
    Fantômas : édition intégrale. 2, de Pierre Souvestre & Marcel Allain (Robert Laffont, "Bouquins")

    Fictions adulte poche :
    Jackson Brodie, de Kate Atkinson (LGF)
    Stone Island, d'Alexis Aubenque (Le Toucan, "Suspense")
    Les Nuits rouges de Nerwood, de Gilles Bornais (Le Masque", "Masque poche. Suspense historique")
    Le Tribunal des âmes, de Donato Carrisi (LGF, "Thriller")
    Macchab Academy : reality roman, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    Rencontres d'un très sale type : roman de sens-friction, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    Le Mystère Léviathan, de Lionel Davoust (Points, "Thriller")
    Sur le fil du rasoir, de Oliver Harris (Points, "Policiers")
    Écumes de sang, d'Elizabeth Haynes (LGF, "Thriller")
    Qui a tué le Jardinier ? : Pontivy, d'Anne Le Jéloux-Chauvel (Astoure, "Breizh noir")
    Permis de chasse, d'Elmore Leonard (Rivages, "Noir")
    Stick, d'Elmore Leonard (Rivages, "Noir")
    Confession d'un tueur à gages, de Xiaoquan Ma (Points, "Roman noir")
    Demain est une autre vie, de Thierry Serfaty (J'ai lu, "Policier")
    Delicious, de Mark Haskell Smith (Rivages, "Noir")
    Fer de lance, de Rex Stout (Le Masque, "Masque poche. Jaune")
    Bien mal acquis : Saint-Malo, de Roger-Guy Ulrich (Ouest et compagnie, "Roman policier")

    Bandes dessinées :
    La Page blanche, de Boulet & Pénélope Bagieu (LGF)
    L'Île au trésor, de Robert Louis Stevenson. 2, de David Chauvel & Fred Simon (L'École des loisirs, "Mille bulles")
    L'Île au trésor, de Robert Louis Stevenson. 3, de David Chauvel & Fred Simon (L'École des loisirs, "Mille bulles")
    Jessica Blandy : intégrale. 6, de Jean Dufaux & Renaud (Dupuis, "Magnum")
    Les Énigmes de Léo. 1, de Erroc & Philippe Larbier (Bamboo, "Humour")
    Ninjettes, de Al Ewing & Eman Casallos (Panini comics, 100 % Fusion comics")
    Lobo Tommy, de Herlé (Grand west, "BD")
    Maître Marley, avocat. 1, Je ne parlerai qu'en ma présence !, de Bruno Madaule (Delcourt, "Humour de rire")

    Littérature de jeunesse (éveil) :
    Gina Sabayon détective, de Myrha Verbizh (L'École des loisirs, "Album de l'École des loisirs")

    Fictions jeunesse :
    Oliver Twist, de Charles Dickens (De Borée, "Poche classique")
    Les Misérables, de Victor Hugo (L'École des loisirs, "Classiques abrégés")
    Sans famille, de Hector Malot (De Borée, "Poche classique")
    Qui a tué Herman Henderson ?, de Rebecca Promitzer (Bayard jeunesse, "Millézime")

    Cinéma, télévision & radio :
    Les Indiens dans le western américain, de Matthieu Lacouf-Labartine (Presses de l'Université Paris-Sorbonne, "Mondes anglophones")

    Criminologie & prisons :
    Administration pénitentiaire et justice : un siècle de rattachement, sous la direction de Paul Mbanzoulou & François Dieu (L'Harmattan, "Criminologie. Champ pénitentiaire")
    Moi, Dodo la Saumure, de Dominique Alderweirfeld (Denoël, "Grand public")
    L'Affaire Cahuzac : en bloc et en détail, de Fabrice Arfi (Don Quichotte)
    Les Secrets de la mafia, de Philippe di Folco (La Librairie Vuibert, "Les Secrets de")
    Le Cas Landru : les pièces du dossier : exposition, Paris, Musée des lettres et manuscrits du 24 mai au 15 septembre 2013, d'Éric Young & Estelle Gaudry (Télémaque : Musée des lettres et manuscrits)
    Affaires criminelles inexpliquées, de Solène Haddad (City, "Histoires vraies")
    La Révolte de la prison de Nancy : 15 janvier 1972, établi et présenté par Philippe Artières (Le Point du jour)
    Nous n'étions pas armés : les reclus de Monflanquin, de Christine de Védrines (Plon, "Actualité")
    La Garçonne et l'assassin : histoire de Louise et de Paul déserteur travesti dans le Paris des années folles, de Fabrice Virgili & Danièle Voldman (Payot, "Petit bibliothèque Payot. Histoire")
    Liens : Delicious |Défoncé |Stone Island |Les Secrets de la mafia |Sauvage était la côte |Pieter Aspe |Gino Blandin |Dan Brown |Boris Dokmak |Jonathan Kellerman |Peter Robinson |Mark Haskell Smith |Pierre Souvestre |Marcel Allain |Gilles Bornais |Donato Carrisi |Patrice Dard |Elizabeth Haynes |Elmore Leonard |Thierry Serfaty |Rex Stout |Robert Louis Stevenson | Erroc |Charles Dickens |Philippe Di Folco |Bernard Méhaut

Elle est lui, lui est elle

Ce travail d'historiens à partir d'un fait divers qui défraya la chronique plusieurs fois au cours des années 1920 s'inscrit dans un nouveau courant comme celui de la collection des éditions Larousse "L'Histoire comme un Roman". Il ne s'agit plus de novélisation de faits divers piochés dans les journaux (comme le fait poussivement l'équipe de Bellemare), mais d'insertion de ce fait dans son contexte historique et social qui agrandit le centre d'intérêt purement policier par la magie de la "transversalité" des thèmes. Ainsi, dans la collection de chez Larousse, aborde-t-on la création du Front National grâce à l'affaire du vol du cadavre de Pétain, l'immigration norvégienne à travers les manigances de Belle Gunness, la première serial killeuse américaine, ou l'émergence de la psychanalyse au procès des sœurs Papin. Chez Payot donc, mais avec, en plus, une iconographie passionnante qui n'existe pas dans la collection de chez Larousse, Fabrice Virgili et Danièle Voldman se sont attachés à une étonnante étude qui débouche sur ce type d'enquête rayonnante.

Paul Grappe né en 1891 et révolvérisé par sa femme en 1928, fils de divorcés, a mené une vie hors du commun. Mobilisé lors de la Première Guerre mondiale, il est blessé, dont une fois à l'index, ce qui lui vaut les suspicions de la hiérarchie qui envisage de le fusiller pour automutilation. Il déserte, rejoint son épouse à Paris et se travestit en femme pour éviter la prison voire l'exécution. Pendant dix ans, sous son identité féminine (Suzanne Landgard), il vit intensément la fin de la guerre et le début des années folles. Le voilà qui s'épile par catalyse, se maquille, devient une figure du Bois de Boulogne, multiplie les conquêtes féminines et masculines, se fait photographier des centaines de fois, devient championne de parachutisme, et égérie des garçonnes ayant jeté leur corset aux orties. Il entraîne sa femme dans des expériences sexuelles. Mais, en 1925, c'est l'amnistie pour les déserteurs. Paul Grappe n'a plus à se cacher. Il redevient homme ! Mais l'alcoolisme et la violence le rongent. Grappe fait la tournée des cafés en montrant l'album du temps de sa gloire féminine. Malgré un enfant, le couple s'enfonce dans la misère jusqu'à la nuit fatale...

Le procès a été raconté par Géo London dans son recueil Les Grands procès de l'année 1929. Sans doute la lecture de ces quelques pages a-t-elle inspiré nos chercheurs historiens spécialistes des notions de genre pendant la guerre. Le titre de leur ouvrage La Garçonne et l'Assassin est d'ailleurs un habile clin d'œil sémantique puisque c'est lui la garçonne et que c'est elle l'assassin. Voilà un exemple typique du courant "gender studies" mis à la mode par les Américains. Virgili et Voldman, comme leurs confrères travaillant à la vulgarisation du travail universitaire, évitent les notes et les lourdes citations pour privilégier une lecture agréable et facile. Tellement facile qu'elle en fait oublier le travail fabuleux de documentation. Si bien que les auteurs soucieux de se replacer comme professionnels, insèrent un chapitre VI étonnant : "Suspendons un moment le récit des aventures de Paule et de Louise. Penchons-nous sur la 'fabrique' de leur histoire. Comment connaissons-nous toute cette affaire ? À quoi sert de savoir par quels cheminements nous l'avons reconstituée ? Pourquoi avoir pris de parti d'en faire un récit narratif proche d'un scénario romanesque ?" Voilà une mise en abyme passionnante où l'on voit, par exemple, les chercheurs fouiller dans les archives de Maurice Garçon, l'avocat de Louise, et se désoler qu'il n'y ait plus rien dans la pochette, intitulée "photos obscènes", du dossier Grappe. De fait, à la lecture, on garde à l'esprit que tous les éléments, même les plus insignifiants, ont été vérifiés : des déplacements du régiment de Paul Grappe jusqu'à la balle trouvée sur le plancher du petit appartement du crime. Au final, un ouvrage agréable, pas trop long, remarquablement illustré de documents d'époque, et abordant d'une façon originale le bouleversement social de la nouvelle génération de femmes de l'entre-deux-guerres. À partir de la vie de ce couple, on suit aussi les affres et la solidarité qui pouvaient exister dans les quartiers populaires. Les auteurs osant se lancer dans une interprétation du pseudo "Landgard" de "Monsieur Suzanne", auraient pu pousser le jeu jusqu'à une psychanalyse de Paul Grappe. Un sujet en or du syndrome que l'on pourrait appeler "Miss Jekyll et Mr Hyde". Certes, il a eu l'idée de se déguiser et de vivre en femme pour échapper au châtiment militaire et ce pendant dix ans, mais n'avait-il, pas depuis son enfance et le départ de son père, le secret désir d'être une femme ?

Citation

Dans cette atmosphère propice aux 'troubles du genre', Suzanne devint célèbre ; au Bois de Boulogne qu'elle aimait tant fréquenter, elle était désormais 'la reine des garçonnes', toujours plus avide nouvelles rencontres et d'expériences inédites.

Rédacteur: Michel Amelin mardi 22 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page