Le Petit sommeil

Parnell comprend ce qu'on s'apprête à faire. Ses yeux n'expriment aucune peur. Main dans la main, nous sautons. 
Elisabeth Elo - En eaux profondes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 octobre

Contenu

Roman - Noir

Le Petit sommeil

Braquage/Cambriolage MAJ vendredi 21 octobre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 11,9 €

Benjamin Guérif & Julien Guérif
Paris : Syros, mai 2011
160 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-74-851141-3
Coll. "Rat noir"

Le bon choix

Pierre, quinze ans solitaire et replié sur lui même vit avec sa mère. Il est en troisième et doit faire un stage de trois semaines en milieu professionnel. Tous ses camarades savent ce qu'ils vont faire, ont de la famille pour les placer quelque part. Lui n'ose pas demander à sa mère, à cause d'elle ou de ce qu'elle fait, de son lieu de travail ? Finalement, il n'a pas le choix et commence son stage en maison de retraite médicalisée, découvre un univers jusque là complètement inconnu de lui : les vieux déments qui le prennent pour un parent oublié, le rythme monotone de leur vie, les visites, la toilette, les repas en réfectoire, un quotidien qu'on veut rendre le plus humain possible. Mais le ton sonne toujours un peu faux. Pour tous les résidents, ce sera bien leur dernière demeure.
C'est pourtant parmi eux que Pierre fera une rencontre décisive. Edmond Braun, revêche et violent est arrivé là à la suite d'un AVC, le personnel semble avoir peur de lui, on le dit manipulateur. Pourtant, un lien improbable se tisse entre le jeune homme et le vieillard. Un lien qui va littéralement bouleverser la vie de Pierre.
Le Petin sommeil, de Benjamin et Julien Guérif est un bon roman au style dépouillé, une belle confrontation entre deux générations, avec l'adolescent qui se cherche, se dépasse et se révèle à lui-même, et le vieil homme en fin de parcours. On ne lâche pas le livre avant de l'avoir achevé. Il ouvre en plus sur d'autres pistes de lecture : bien sûr, le roman noir de Raymond Chandler Le Grand sommeil , ou les tragédies classiques comme Le Cid de Corneille ou Hamlet de Shakespeare vus sous l'angle des choix cruciaux qui orientent la vie de façon tranchée et définitive.

Citation

Rodrigue fait peut-être le mauvais choix, mais au moins, il choisit. Il ne se défile pas. Des siècles après, je ressens la même chose.

Rédacteur: Valérie Sebag jeudi 20 octobre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page