The Mannequin and the Monkey

Non, il ne peut pas mourir, son esprit n'est pas en paix, il a juré de les conduire dans un pays où ils seraient à l'abri. L'obscurité l'enveloppe, d'un seul coup. Il fera froid désormais. Toujours froid.
Anne Fakhouri - Hantés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 27 mai

Contenu

Roman - Policier

The Mannequin and the Monkey

Huis-clos MAJ dimanche 06 novembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Public connaisseur

Prix: 7,5 €

R. N. Morris
The Mannequin and the Monkey - 2011
Paris : Didier, novembre 2011
120 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-278-06960-6
Coll. "Paper planes"

Énigme, tasse de thé et leçon d’anglais

On connaît le principe de la collection "Paper Planes", qui consiste à faire écrire par des auteurs reconnus des textes inédits à la fois d'une bonne tenue littéraire et en anglais accessible afin d'aider l'apprentissage de la langue. Un pari osé, qui a trouvé son public...

R.N. Morris a fait plus fort, puisque délaissant sa série russe consacrée au commissaire Porphyri Pétrovitch, il lance un nouveau personnage récurrent à l'intérieur même de cette collection !
Après The Exsanguinist, cette autre enquête de Silas Quinn reprend un genre boudé par l'édition, celui du roman à énigme, dont Paul Halter est un des derniers représentants. Autre figure classique, celle du meurtre en chambre close ; en l'occurrence celle d'un mannequin français dans sa loge, d'où s'échappera un petit singe !

L'intrigue est plutôt bien menée dans un nombre limité de pages, et la langue, pour simple qu'elle soit, n'évite pas les petites touches bien senties menant à une conclusion satisfaisante ; et le tout a un ton délicieusement british, jusque dans ses locutions, qui permet en effet d'apprendre le charme de la langue anglaise et non juste ses termes.
Contrat rempli !

Citation

The odour of strong liquor went before him. It was often that way with police doctors, who seemed as a trible incapable of proceeding directly from their surgeries to a crime scene without first stopping off at a public house. Perhaps it was the anticipation of their appontment with death that obliged them to take such a fortifying detour.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 21 octobre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page