Vinci : L'Ange brisé

Aucune victime ne méritait un sobriquet la privant de son humanité à peine une heure après un début d'enquête. Une seule chose était plus humiliante qu'une mort violente, une mort humiliante ou comique : personne n'en avait plus rien à branler et la qualité de l'enquête s'en ressentait.
Denise Mina - La Fin de la saison des guêpes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Bande dessinée - Thriller

Vinci : L'Ange brisé

Historique - Énigme MAJ lundi 26 janvier 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 13 €

Didier Convard (scénario), Gilles Chaillet (dessin)
Chantal Defachelle (coloriste)
Grenoble : Glénat, septembre 2008
56 p. ; 32 x 24 cm
ISBN 9782723457712
Vinci, 1

Ce qu'il faut savoir sur la série

Léonard de Vinci est au cœur d'une intrigue médiévale mise en scène par deux piliers de la bande dessinée historique, Convard et Chaillet.

Chronique

1519. François 1er en personne apporte l'ultime tableau de Léonard de Vinci à l'abbaye de Valuisart, et le remet à l'abbé Antoine, avec pour consigne de garder l'œuvre comme la relique d'une sainte, et ordre que jamais personne ne pose les yeux dessus... Devant l'étonnement de l'abbé, le roi raconte alors une histoire qui commence à Milan en 1494 avec la découverte d'un cadavre au visage complètement défiguré. Vinci est appelé pour donner son avis sur le corps, tandis que le prévôt Vittore est sommé de mener une enquête acharnée pour mettre la main sur celui que la ville va baptiser "le voleur de visage". Un assassin qui ne semble s'en prendre qu'aux hommes les plus fortunés de la cité...

Le personnage de Léonard de Vinci n'en finit décidément pas de fasciner et d'inspirer les scénaristes. Le voici, sous la plume de Convard, en vengeur volant aux motivations encore obscures... Mais qu'importe : le mystère est installé, et le scénario soigneusement minuté. Toute l'histoire tourne autour d'une mystérieuse jeune femme dont on ne voit jamais le visage... Peut-être la future Joconde ? Chaillet, complice de longue date de Convard, donne vie à cette intrigue médiévale avec tout le classicisme et la rigueur qu'on lui connaît : minutie des décors, majesté des bâtiments, respect des costumes. Il campe par ailleurs un Vinci jeune et dynamique, en contrepied de l'image du vieillard chenu qui vient naturellement à l'esprit. Le tout est édité sous une superbe couverture et imprimé sur un papier glacé du meilleur effet. Un bel objet, à la mesure de l'ambition des auteurs. Reste à attendre la suite de ce début assez prometteur.

Citation

 - Ah, le prévôt nous amène le Vinci ! Depuis quand un peintre donne-t-il des cours aux gens de science ?
- L'homme a plus dépecé de cadavres qu'il n'a barbouillé de toiles ! Il aurait même disséqué une femme morte enceinte pour en étudier le fœtus dans son ventre. 

Rédacteur: Frédéric Prilleux lundi 19 janvier 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page