Aurora, Minnesota

Le doute profite toujours à l'accusé, tel est le fondement de notre justice. Je vous conjure, mesdames et messieurs, de trouver, au fond de vous-mêmes, la force de ne pas laisser la place à la colère et au besoin de trouver à tout prix un coupable, mais bien au contraire de ne pas ajouter une injustice à un drame déjà terrible.
Alexis Aubenque - Charité bien ordonnée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Aurora, Minnesota

MAJ vendredi 04 novembre 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

William Kent Krueger
Iron Lake - 1998
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Aronson
Paris : Le Cherche midi, mai 2011
508 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7491-1838-3
Coll. "Thriller"

Morts enneigés

Aurora est une petite ville du Minnesota où tentent de vivre en relative harmonie les descendants des indiens Anishinaabe et des blancs colonisateurs. Même si cela remonte à de nombreuses années, voire des lustres, les animosités et rancœurs réciproques sont encore bien présentes. La hache de guerre semble ne pas avoir été enterrée bien profondément, et le calme ambiant n'est plus qu'une façade déjà bien fissurée.

Une tempête de neige s'est abattue sur toute la région d'Aurora. Les flocons tombent de plus en plus drus et recouvrent tout d'un épais manteau blanc. Les mauvaises conditions atmosphériques ne vont pas arrêter Paul LeBeau. Il est collégien et ce jour-là son école a fait partir tous les élèves tôt pour qu'ils puissent plus facilement rentrer chez eux. Mais Paul, aimant ce temps extrême, décide de partir faire sa distribution de journaux. Il a pris ce petit boulot depuis la séparation de ses parents afin d'aider sa mère. Ce n'est pas le difficile périple de plusieurs kilomètres dans la neige qui va l'arrêter, au contraire. Pourtant, il a un pressentiment, un du genre inexplicable procurant l'étrange sensation que quelque chose de terrible va se produire. Malgré cette météo difficile, sa tournée se fait sans encombre, jusqu'au moment où il arrive à la dernière maison, celle du juge Robert Parrant...
Sa mère, très inquiète de ne pas le voir rentrer, se demande ce qui a bien pu lui arriver. Elle décide de faire appel à Cork O'Connor. C'est l'ancien shérif de la ville. Il a été contraint d'abandonner son poste après avoir tué un homme lors d'un conflit de pêcheurs qui avait dégénéré. Il a une bonne connaissance de toute la région, Aurora étant sa ville natale. Comme son nom le laisse deviner, il est irlandais par son père mais a aussi des racines indiennes par sa mère, ce qui est moins évident. Cette double origine lui permet de bien passer auprès des deux côtés de la population. Cork O'Connor va partir sur la piste du garçon en essayant de refaire son parcours. Et lorsque lui aussi arrive à la dernière maison, il découvre le juge étendu mort, une partie de la tête emportée par un coup de fusil qu'il semble lui-même s'être donné. Le suicide est probable à première vue, beaucoup avaient connaissance de son cancer incurable. Mais Paul demeure introuvable. De plus autre fait troublant, son père, l'ancien basketteur professionnel Joe John LeBeau, serait de retour dans la région et pourrait avoir un lien avec son inquiétante disparition.

William Kent Krueger a réussi à mettre en place une histoire où s'entremêlent une enquête efficace, une forte description sociologique, les traditions indiennes, la civilisation moderne, le tout dans une nature omniprésente. D'ailleurs elle donne plutôt l'impression d'être un personnage à part entière tellement sa place est importante et participe pleinement à renforcer l'ambiance glaciale du roman. Elle vient en opposition à Cork O'Connor, homme fragilisé mentalement, qui semble reprendre vie au fil de ses recherches. Pourtant rien ne va l'épargner, ni les blessures qu'il va recevoir, ni surtout les morsures psychiques qu'il va devoir encaisser. Mais plutôt que l'abattre, tous ces coups vont le rendre encore plus combatif, le forçant même à se surpasser et à regarder en face des problèmes peut-être trop longtemps enfouis. Ses origines indiennes lui mettent tous ses sens en alerte. Il a à l'esprit les légendes et les superstitions liées au Peuple Premier, celles des indiens qui ont marqué ces terres de leurs traditions ancestrales. Il va écouter le vent qui transporte dans son souffle les messages du Windigo, cet esprit maléfique qui court dans la campagne en hurlant le nom de la prochaine personne que la mort va croiser. Ces éléments immatériels ajoutent une pression supplémentaire renforçant la tension ambiante déjà si forte. Mais au-delà des traditions ancestrales transmises de génération en génération, c'est l'ambition des hommes qui apparaît et grossit au fil des pages, les poussant à agir en semant le mal autour d'eux. L'homme est devenu jaloux de l'homme et il lui faut bien toute la sagesse des anciens pour réussir à affronter tous ses maux.

Aurora, Minnesota est avant tout une grande fresque humaine mettant le héros en pleine confrontation, partagé entre le monde moderne affligé de ses altérations et les croyances anciennes inspirant peur et respect. Sa lecture, qui nous plonge en terre indienne, ne fait que monter en puissance à chaque chapitre.

Citation

Bon sang, je me souviens d'une époque où je pensais connaître cette ville. Je regarde les gens maintenant, des gens que j'ai côtoyés presque toute ma vie, et je me demande ce qu'ils cachent. N'est-ce pas, Cork ? Tout le monde est là à dissimuler ses secrets, en se demandant ce que cachent les autres

Rédacteur: Fabien Maurice mercredi 02 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page