Va, brûle et me venge !

Les pouvoirs que possédait en apparence Eusapia Palladino avaient une fois de plus suscité cette propension à se laisser distraire dont Lodge souffrait depuis toujours. Jusqu'alors, ce défaut de caractère ne lui avait pas causé beaucoup de tort.
Erik Larson - Les Passagers de la foudre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 mai

Contenu

Roman - Thriller

Va, brûle et me venge !

Vengeance MAJ jeudi 10 novembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Philippe Bouin
Paris : Archipel, octobre 2011
266 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8098-0552-9

Entomologie cruelle

On a parfois comparé le romancier à l'entomologiste. L'écrivain observe, tels des insectes qui s'ébattent dans un espace clos, des personnages qui s'agitent à l'intérieur de chapitres et de l'intrigue qu'il a définis. Dans Va, brûle et me venge !, c'est la commissaire Arsanc qui joue le rôle de la scientifique de service. Elle donne à tous les personnages qui tournent autour de son enquête des épithètes d'insectes, censés symboliser leur moi profond. Chaque nom devient même le titre d'un chapitre.

Derrière l'anecdote, c'est aussi tout le projet de l'auteur qui à partir d'un fait divers ancien va décortiquer comment les différents protagonistes de son histoire essaient à la fois de faire avancer la vérité et leurs propres intérêts. En contrepoint, des nombreux passages évoquent les états d'âme de ces mêmes personnages. L'intrigue ? Un individu mystérieux, déguisé en rabbin, a décidé de tuer des gens en les brûlant. L'une de ses premières victimes étant l'un des parrains de la mafia lyonnaise, la police marche sur des œufs, surtout que la commissaire va essayer de se servir de cette mort pour relancer la guerre des gangs et nettoyer la ville.

Philippe Bouin n'a pas la même ambition que Dashiell Hammett dans Moisson rouge. Son travail s'applique à disséquer, à la loupe, les soubresauts qu'entraine l'enquête, et à détailler la façon dont elle va peser sur les différents membres de la Cité : la justice, les avocats, la police, les victimes des crimes et les membres des gangs. En se servant du thème de la vengeance, en oscillant entre le sain désir de justice et la difficulté de séparer celle-ci de la loi du Talion (sans détailler, cela apparaitra évident à travers le meurtre d'un paysan), l'auteur s'inspire de son titre cornélien pour montrer comment la méchanceté des hommes déforme nos rêves les plus idéalistes pour les transformer en ce cauchemar qui s'appelle notre monde actuel.

Il existe cependant une nuance entre l'entomologiste et le romancier : on étourdit et l'on endort les insectes avant de les épingler alors que Philippe Bouin joue avec nos nerfs dé début à la fin.

Citation

Ce type est un termite qui bouffe nos fondations. Sa voracité finira par détruire l'édifice. Je me demande si ce malade s'en rend compte.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 10 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page