La Mort n’est pas un jeu d'enfant

Ils n'avaient pas la foi, n'avaient jamais cru à ce texte de Buffon qui parlait des singes blancs. Ils avaient fini par penser que c'était un apocryphe élaboré par Bernardin de Saint-Pierre ou Daubenton ; quelque pastiche de L'histoire naturelle. En un mot : une invention.
Nicolas d'Estienne d'Orves - Les Derniers jours de Paris
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Mort n’est pas un jeu d'enfant

Assassinat MAJ mercredi 16 novembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 17 €

Alan Bradley
The Weed that Strings the Hangman's Bag - 2010
Traduit de l'anglais (Canada) par Hélène Hiessler
Paris : Le Masque, septembre 2011
374 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7024-3626-4
Coll. "MsK"

Guignol nous aura tous

Sortie d'un autre temps, Flavia de Luce est une jeune fille peu commune.
Brimée par ses grandes sœurs, elle a un côté conte de fée... Grande maison, un père un peu perdu, une mère décédée, une cuisinière aux plats effrayants et écœurants, un majordome quelque peu à côté de ses pompes, une tante autoritaire, Flavia a tout pour devenir une vraie Cendrillon... Mais non ! Flavia de Luce, c'est "Les Experts" version old school !
Du haut de ses presque onze ans, elle est à la fois détective et scientifique. À la fois petite fille sage et chipie, tout le village l'adore... s'il se doutait !
Après avoir passé des heures entières à penser à la mort, elle fait la rencontre d'un marionnettiste, connu pour ses œuvres diffusées à la BBC, et de son assistante. Ce monde magique et minutieux lui plait, et elle se lie d'amitié avec Nialla. Mais lors de la seconde représentation, Rupert est assassiné...
Cette mort violente replonge les enquêteurs et Flavia quelques années auparavant, auprès d'un autre événement tragique. Elle va alors retourner sa petite campagne anglaise du milieu du XXe siècle, interroger les uns, fureter par ici, fouiller par là. Bien plus douée que la police, elle saura faire les liens entre les deux morts et les différents protagonistes.
L'enquête est certes un peu compliquée, le dénouement légèrement fastidieux, mais finalement, c'est loin d'être le plus important. Ce qui nous pousse à tourner les pages, c'est Flavia. C'est elle que l'on suit, on est à ses côtés, et non du côté de ses sœurs, dans ses doutes quant à sa place au sein de sa famille, dans ses questionnements parfois tordus et morbides... Elle est intelligente et cultivée, les références littéraires et historiques ne manquent pas. Et l'essentiel : elle sait être peste !

Citation

Des déjections de pigeon ? répéta l'inspecteur Hewitt pour la troisième fois. Vous êtes en train de me dire que vous avez concocté un antidote à base de déjections de pigeon ?

Rédacteur: Laura Durand lundi 14 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page