Kompromat

L'important, c'est tout autant de voir comment le candidat accepte le défi que la façon dont il y trouve une solution
Jo Nesbø - Chasseurs de têtes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Noir

Kompromat

Mafia MAJ vendredi 18 novembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Conor Fitzgerald
The Dogs of Rome - 2009
Traduit de l'anglais par Isabelle Maillet
Paris : Rivages, octobre 2011
510 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2266-4
Coll. "Thriller"

Destins croisés

Le Kompromat montre bien comment le monde criminel s'est lui aussi mondialisé. Même si la pratique qu'il recouvre existait bien avant, elle a développé son nom de sa version russe. Le Kompromat c'est l'utilisation des informations que l'on possède, que l'on échange contre d'autres, les services que l'on rend avant même qu'ils soient demandés. Ainsi, lorsqu'un jeune couple est abattu par des gangsters et qu'un adolescent est laissé seul, les policiers qui ne peuvent se résoudre à cet état de fait lient une alliance avec un chef mafieux local qui va "punir" les assassins et "protéger" le jeune homme. Des années plus tard, ce jeune homme se retrouve commissaire de police à Rome et est confronté à ce passé car c'est l'amant de la fille du mafieux qui vient d'être assassiné. Qui plus est, il laisse une épouse bafouée sénatrice influente.

Très centré sur son personnage central, le commissaire, le montrant dans sa vie quotidienne, ses doutes, les pistes qu'il suit et abandonne, ses amours malheureuses, Kompromat, du romancier Conor Fitzgerald, prend des chemins de traverse, se permet de couper le roman en son milieu pour le reprendre du point de vue du coupable. Il prend également le temps de détailler, de dresser le portrait d'une Italie qui oscille entre la modernité des gens de télévision aux appartements immaculés aux petits truands qui survivent en organisant des combats de chien.
Premier roman d'une série, peut-être, Kompromat peut surprendre car il ne correspond pas aux critères habituels d'un roman noir : flânant autour de son personnage, développant des détails sur l'atmosphère, lourde et pesante comme le climat romain, mélange de chaleur pénible et d'orages soudains, montrant le quotidien d'une enquête, les difficultés de celle-ci entre les puissances criminelles, les désirs politiques, la corruption.
Anglophone vivant en Italie, comme son illustre "ancêtre" James Joyce qu'il traduisit en italien, l'auteur, en ouvrant des pistes, en s'installant dans ce soin méticuleux du détail, offre là un début prometteur, et donne une réelle envie d'en découvrir plus.

Citation

Le trottoir en profita aussitôt pour se ruer à sa rencontre et lui asséner un coup charitable à l'arrière du crane.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 17 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page