Le Sang de l'hermine

Étrange société que celle où l'on rejette la notion d'intimité, de vie privée, de solitude. De déroutante manière, les gens en venaient à payer pour fliquer ou être fliqués, dans chaque aspect, à chaque seconde de leur vie. Nul besoin d'un pouvoir coercitif pour l'imposer. Tous le réclamaient, le mettaient en place. Aucune civilisation antérieure n'était parvenue à ce résultat sans provoquer de puissants mouvements de rejet, de résistance ou de rébellion.
Andrea H. Japp - Barbarie 2.0
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Sang de l'hermine

Historique - Gastronomie MAJ mardi 06 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Michèle Barrière
Paris : Jean-Claude Lattès, novembre 2011
306 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7096-3440-3
Coll. "Romans historiques"

Actualités

  • 01/03 Édition: Parutions de la semaine - 29 février
  • 21/09 Édition: Parutions de la semaine - 21 septembre
    C'est une semaine plutôt tranquille dans le petit monde littéraire. Pour une fois les choix restent en des dimensions mesurées. La Demeure éternelle, avant-dernier roman de William Gay, est sans aucun doute le livre de la semaine avec une vision de l'Amérique de 1943, et ce même si son écriture peut déranger. Loin d'être minimaliste, elle est déliée à l'extrême avec une touche de gothique. Soudain trop tard, de l'Espagnol Carlos Zanon est une balade dans les bas-fonds barcelonais en compagnie d'amis, et c'est toute une fresque qui va être au centre d'un drame schizophrène. Le drame, il en est fortement question dans cette réédition remarquable de Nous avons toujours vécu au château, de Shirley Jackson. Le roman nous est proposé par les éditions Rivages en poche et dans une nouvelle traduction de Jean-Paul Gratias. Deux sœurs et un oncle, ultimes rescapés d'un drame élisabéthain empoisonné, vivent reclus dans une maison encerclée de villageois haineux, quand un cousin débarque et détruit le fragile équilibre. Simplement brillant. Nous n'oublierons pas non plus Clockers, de Richard Price avec son éternelle mais belle et noire immersion dans un monde américain urbain gangrené par les trafics de drogue et la corruption. Quant au reste, signalons les nombreuses parutions en grands caractères. Une semaine riche avec Arnaldur Indridason, J.-M. Erre et Élisa Vix...
    Mais vous êtes bien entendu invités à découvrir tous ces romans et recueils de nouvelles :

    Grand format :
    Le Chevalier noir, de Michel Abega (L'Harmattan Cameroun, "Lettres camerounaises")
    Dernier voyage, collectif (Luce Wilquin, "Noir pastel")
    La Demeure éternelle, de William Gay (Le Seuil, "Policiers")
    Les Disparus de Juarez, de Sam Hawken (Belfond, "Noir")
    Bloodmoney, de David Ignatius (Jean-Claude Lattès")
    Le Calice empoisonné, de Bernard Knight (Pygmalion, "Policiers")
    Mortels regards, de Michael Koryta (Calmann-Levy, "Robert Pépin présente")
    La Catastrophe, de Krystyna Kuhn (City, "Young adults")
    Morofisc, de Patrick-Jérôme Lambert (de Midi)
    Le Guide du Tuard, de Jacques Mondolini (Oslo, "Osaka")
    L'Archange est nu, de José Noce (Krakoen, "Forcément noir"
    Copycat, de James Patterson & Howard Roughan (L'Archipel)
    Au temps pour moi, de Serge Scotto (L'Écailler)
    Le Visage de la camarde, d'Alexandre Serres (Le Masque d'or, "Adrénaline")
    Infiltrée, de Taylor Stevens (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Autour 2 Luna, de Ygg (Édilivre, "Classique")
    Soudain trop tard, de Carlos Zanon (Asphalte, "Fictions")

    Poche :
    Carte blanche, de Jeffery Deaver (J'ai lu, "Thriller")
    Minuit, impasse du cadran, de Claude Izner (10-18, "Grands détectives")
    Nous avons toujours vécu au château, de Shirley Jackson (Rivages, "Noir")
    Sang d'encre au Mans, de Bernard Larhant (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Alerte rouge à Brest, de Martine Le Pensec (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Le Commissaire Stradius : le papa soleil, de Benoît Martin (Orphie, "Policier outre-mer")
    Le Réseau Phénix, de Don Pendleton (Vauvenargues : Hunter, "L'Éxecuteur")
    Clockers, de Richard Price (10-18, "Domaine policier")
    Perfidie du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "Roman")
    La Mort d'Auguste, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    L'Ours en peluche, de Georges Simenon (Presses de la Cité, "Petits noirs")
    Partie italienne, de Laurence Vanhaeren (Le Masque d'or, "Adrénaline")

    Grands caractères :
    La Muraille de lave, de Arnaldur Indridason (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Le Sang de l'hermine, de Michèle Barrière (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Sous haute tension, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Le Mystère Sherlock, de J.-M. Erre (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Intrigue à Venise, d'Adrien Goetz (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Les Trois crimes de Noël, de Christian Jacqu (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    L'Enfant témoin, de Robert Rotenberger (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    La Nuit de l'accident, d'Élisa Vix (À vue d'œil, "Collection 18-19")
    Liens : La Muraille de lave |Soudain trop tard |Minuit, impasse du Cadran |Mortels regards |Au temps pour moi |Arnaldur Indridason |Michèle Barrière |Jeffery Deaver |William Gay |Claude Izner |Bernard Knight |Michael Koryta |Jacques Mondoloni |James Patterson |Richard Price |Robert Rotenberg |Serge Scotto |Georges Simenon |Taylor Stevens |Élisa Vix |Jean-Paul Gratias |Carlos Zanón

Le premier volet d'une saga criminelle et culinaire.

Quentin du Mesnil retrouve sa famille, et sa sœur Mathilde, en Normandie, délaissant quelque temps le service de François Ier. Mais, le roi, très vite, le rappelle. Il veut qu'il aille, en Italie, s'assurer que Léonard de Vinci est bien en route pour Amboise. Il tient à avoir, près de lui, ce génie italien.
Domenico, comte de Sanseverino, depuis son accident survenu il y a une dizaine d'années, se consume de haine pour Léonard.
Après la mort de son dernier mécène, Léonard est contraint de quitter Rome et l'Italie. Plus personne ne peut lui apporter ce qu'il souhaite. Il est, de plus, surpassé par de nouveaux talents tels ceux de Raphaël, Michel-Ange, Le Titien...
Le voyage de Quentin commence mal. Il a une intoxication alimentaire à Bourges, son cheval meurt à Moulins et il est totalement détroussé, dans une forêt, aux portes de Lyon. Dans cette ville, il fait connaissance d'un marchand italien. Il se joint au groupe de commerçants qui repartent dans leur pays natal. Dans chaque ville, Quentin s'enquiert de la présence de Léonard. C'est à Florence qu'il le retrouve, se recueillant sur la tombe de Botticelli, son meilleur ami.
À peine l'approche-t-il que quatre hommes s'emparent d'eux, les bâillonnent et les entraînent...
À Amboise, des proches du roi complotent contre Quentin, s'étonnant que celui-ci lui fasse autant confiance. Mathilde n'a jamais pardonné un geste de François, dans leur enfance...

Michèle Barrière propose une nouvelle série historico-culinaire, après les six volumes de la fresque des Savoisy, une lignée de cuisiniers qui exercent leur art à travers les siècles. Le Sang de l'hermine débute en 1516. François Ier est auréolé du prestige que lui confère sa victoire à Marignan. Ce monarque veut donner un rayonnement à la France et surpasser les autres souverains qui enserrent son royaume. Il pense que la présence de Léonard de Vinci sera un ornement primordial et contribuera à cette grandeur. Il voit aussi, dans celui-ci, l'inventeur d'armes efficaces, qu'il est toujours utiles de posséder.
Pour convaincre Quentin, son ami d'enfance, il lui promet, sa mission accomplie, de lui confier la construction d'un château digne de ce nom sur la baraque de chasse de Chambord.

L'auteur resitue les personnages authentiques dans leur réalité et non dans l'imagerie d'Épinal que l'Histoire leur a forgée. Elle brosse, ainsi, des portraits saisissants de François Ier, de léonard de Vinci, les montrant tels qu'ils étaient. D'un côté, un monarque aveuglé par le faste, qui s'est cru un grand stratège après Marignan, et de l'autre un Léonard de Vinci obligé de se réfugier en France après avoir passé sa vie à étudier que ce qui lui plaisait, n'acceptant ni les délais, ni les contraintes de ses mécènes.
Elle anime également nombre de personnages existant dans l'entourage de ces deux figures centrales et intègre de façon adroite, des intervenants de fiction, dont le héros. Elle combine nombre de complots, de conspirations, de ressentiments allant jusqu'à la vengeance, autour des personnes du roi et de leur société.
Michèle Barrière instille aussi nombre d'éléments mystérieux autour de Quentin et de Mathilde, sa sœur aînée. Le complot le plus dangereux, pour l'heure, concerne le peintre italien. La romancière n'économise pas les péripéties et malmène son héros, lui faisant subir mille avanies.

Mais tout le récit "baigne" dans de délicieuses odeurs de cuisine. En faisant de Quentin le maître d'hôtel du roi, l'auteur intègre, avec habileté, nombre d'informations et de connaissances tant culinaires que sur l'art de vivre de l'époque. Elle nomme les plats, les mets, les ouvrages traitant du sujet, explicite la conception et l'organisation des repas. Elle fait de Quentin un novateur, cherchant sans cesse à révolutionner les manières de table héritées du Moyen Âge pour plaire à un roi ambitieux.

Le Sang de l'hermine est un roman écrit avec une passion qui transparait dans les pages et emporte l'adhésion pour ses qualités d'intrigues, sa richesse historique et, bien sûr, culinaire.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°45

Citation

Quant à Quentin du Mesnil, vous savez ce que j'en pense. Vous n'auriez jamais dû le garder auprès de vous. Il vous causera de graves ennuis.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 01 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page